Belgique

"Que la charge politique redevienne un engagement et plus un métier"

Marcel Sel demande à ces concitoyens d'exercer leur pouvoir

© Archive Belga/BRUNO FAHY

15 févr. 2013 à 14:33 - mise à jour 18 févr. 2013 à 12:48Temps de lecture1 min
Par Alain Lechien

Le chroniqueur Marcel Sel appelle les Belges à faire usage de tous les pouvoirs que leur octroie la démocratie dans une "Opinion" parue ce vendredi et intitulée "Citoyens, demandez le programme !". Il semble dire que ses concitoyens sont trop passifs: c’est l’électeur qui a le pouvoir de donner ou de retirer sa confiance aux politiciens censés les représenter, rappelle-t-il.

Le bloggeur était l'invité de notre chat ce midi lui qui vient de publier "Indignés de cons - La Crise expliquée aux Cancres et aux Économistes" aux éditions "La Boîte de Pandore".

"Pensez-vous réellement changer les mentalités via la vulgarisation ?", lui a notamment demandé Greg à cette occasion.

"C'est un pari", lui a répondu Marcel Sel. "Si l'on n'essaye pas de changer les choses, elles ne changent pas, c'est une constante historique. Toutes proportions gardées, si on avait dit à Montesquieu qu'il allait être à la base de la plus grande démocratie (et la première plus ou moins digne de ce nom), il ne l'aurait probablement pas cru. Loin de moi l'idée de me comparer à lui, mais voilà, si l'on ne fait rien, rien ne change. Mais bien sûr, ce n'est qu'une étincelle. Le foyer, c'est aux citoyens de l'allumer", estime-t-il.
 
"Je ne dis pas que tout est de la faute du citoyen, mais bien qu'il n'a pas joué son rôle", a également précisé le chroniqueur.
 
"Finalement, il est capital que l'information sur le fonctionnement de notre système décisionnel subissent un lifting, et accorde une part plus importante à l'avis réfléchi de groupes de réflexion. Faut bien commencer quelque part, une commission populaire avec un statut officiel, par exemple", propose KRISBO1.
"C'est exactement ce dont je parle dans mon livre", embraye Marcel Sel. "Une commission populaire statutaire. Mais il est alors difficile de l'empêcher de devenir elle-même trop institutionnelle", développe-t-il.
 
"On peut résumer comme ça: que la charge politique redevienne un engagement et plus un métier", synthétise Marcel Sel. 
 
Relisez l'intégralité de ce chat ci dessous.

RTBF

Le blog de Marcel Sel

Loading...

Sur le même sujet

Je ne sais rien, mais je dirai tout

Opinions

Fête nationale: que représente encore le 21 juillet? Relisez notre chat

Belgique