RTBFPasser au contenu

Regions Bruxelles

Quatre millions par an de Bruxelles pour le stade: une "trahison"?

Quatre millions par an de Bruxelles pour le stade: une "trahison"?
22 juin 2015 à 06:222 min
Par Myriam Baele avec J. Durant

Ecolo, Cdh et FDF ne manqueront pas de rappeler ce lundi soir, lors du Conseil communal, que la majorité avait promis de ne pas verser d’argent public dans ce projet de stade national.

"Quatre millions par an, c’est le prix d’une école par an !" commente le conseiller communal Cdh Hamza Fassi-Fihri, qui parle de "trahison grave". "L’échevin des sports Alain Courtois a sacrifié sa parole : combien de fois il nous avait dit que ça ne coûterait pas un euro au contribuable ! Et il sacrifie aussi l’argent des Bruxellois".

"Pas un sacrifice, un projet"

Alain Courtois réplique.

L’échevin MR répond que quatre millions d'euros, c'est le montant annuel consacré aujourd'hui déjà, et en pure perte, à l'entretien du vétuste Stade Roi Baudouin. "Au Stade Roi Baudouin, il faut payer pour rénover un panneau, puis la piste, puis le grand écran... Maintenant, on met ce montant dans un nouveau stade et on peut dire:on veut de la visibilité à échelle européenne, une activité économique, des activités pour des jeunes".

Yvan Mayeur, le Bourgmestre (PS), confirme:"on n’investit pas d’argent dans la construction. Mais les quatre millions payés aujourd’hui pour le Stade Roi Baudouin, on va continuer à les utiliser pour optimaliser le nouveau stade dans l’intérêt de la Ville. En faire un lieu d’échange économique, de créateurs, un lieu aussi pour nos quartiers, pour que le public bruxellois soit aussi dans les tribunes".

L'ancien échevin des sports Cdh Bertin Mampaka conteste que le stade vieillissant coûte autant aujourd'hui. Pour lui, frais de personnel inclus, le stade Roi Baudouin coûte grosso modo 2 millions par an à la Ville, pas plus.

"Ils font passer la pilule"

L’opposition est tout aussi sceptique sur les projets socio-sportifs mis en avant par la majorité et qui justifieraient une participation financière. Pour l’écolo Marie Nagy, c'est de la poudre aux yeux.

"C’est une manière de faire passer la pilule! C’est une affaire de gros business et de mauvaise négociation entre la ville, le consortium et le Sporting d’Anderlecht. Le Sporting occupera le stade mais ne pouvait pas payer tout le loyer demandé, parce que ce stade est surdimentionné pour lui. Et c’est le contribuable, la Ville de Bruxelles, qui va allonger la différence".

Dans l'opposition aussi, le FDF Fabian Maingain souligne que la Ville ne sera pas en meilleure posture pour faire ce qu'elle veut de ce stade.

"Aujourd’hui, la Ville paye l’entretien d’un bien dont elle est propriétaire: le Stade Roi Baudouin. Mais demain, le futur Stade ne sera qu’une location à un autre propriétaire. Or il est toujours plus facile de remplir une mission sociale et sportive dans un bien dont on est propriétaire plutôt que locataire. Moi je constate que la Ville de Bruxelles devient second locataire du stade après le Sporting d’Anderlecht".

Ce nouveau stade national de 60 000 places devrait faire une nouvelle fois l'objet de vifs débats en Conseil communal ce lundi soir.

Son inauguration est prévue pour juillet 2019, dans quatre ans.

Articles recommandés pour vous