Regions Bruxelles

Quartier européen : Le gouvernement bruxellois renonce aux immeubles tours et privilégie les gabarits actuels

Après la forte remise en cause du projet, la Région bruxelloise renonce à mettre en œuvre le PAD (Plan d’Aménagement Directeur) imaginé pour le Quartier européen. Désormais, plus question d’implanter des immeubles tours, les gabarits d’immeubles actuels sont conservés, même si une surélévation ponctuelle n’est pas exclue. Cette annonce a été faite ce jeudi par le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, aux côtés du secrétaire d’Etat à l’Urbanisme, Pascal Smet, de l’échevine de l’Urbanisme de la Ville de Bruxelles, Ans Persoons, et du commissaire de gouvernement aux Affaires européennes, Alain Hutchinson.

Neuf principes d’aménagement sont retenus pour les futurs projets

Exit le PAD mais des principes directeurs guideront les futurs projets. Il est ainsi prévu de valoriser la vallée du Maelbeek, de maintenir la densité actuelle du quartier, "dé-densifier" les intérieurs d’îlots actuellement dominés par le béton, créer une mixité d’activités de commerce et de service aux pieds des immeubles de bureau, limiter la drastiquement les opérations de démolition-reconstruction pour réduire le bilan carbone des opérations immobilières et préserver le patrimoine d’après-guerre. Les autres principes retenus prévoient de réintroduire une offre de logement diversifiée dans les rues perpendiculaires aux axes Loi et Belliard, structurer et décloisonner le quartier ainsi que limiter les nuisances dues au trafic de transit et verduriser les rues. Une task force pour le quartier européen sera chargée de garantir le respect de cette vision partagée.

Sur le même sujet

Recycler des bureaux en immeubles résidentiels, une solution pour récupérer des espaces habitables dans les villes

Economie

Articles recommandés pour vous