RTBFPasser au contenu
Rechercher

Nature & Découvertes

Quand les cimetières se mettent au vert. Ces musées à ciel ouvert

Face à l’interdiction des pesticides dans les lieux publics et à l’impact environnemental des funérailles, les initiatives vertes envahissent nos champs du repos. Aujourd’hui, les cimetières belges se végétalisent et, tout en restant des espaces de recueillement, ils deviennent aussi des lieux de promenade et de culture.

La nature s’invite dans nos cimetières

Longtemps, les produits phytosanitaires ont été utilisés pour désherber nos cimetières, sans que leur impact sur l’environnement et la santé publique ne soient réellement pris en compte. Depuis le 1er juin 2019, l’utilisation des pesticides est interdite dans l’espace public wallon et bruxellois. Aujourd’hui, les herbicides ont laissé la place à des alternatives plus respectueuses de l’environnement, et de nombreux cimetières belges ont troqué leur apparence austéro-minérale contre un look plus accueillant et végétal.

Une bonne chose, quand on sait qu’en invitant la nature dans leurs cimetières, les communes favorisent non seulement la biodiversité de leur territoire, mais préservent aussi la santé de leurs habitants, protègent l’environnement, et créent de nouveaux lieux de promenade et de recueillement.

@Jacques Duchateau / L'Avenir - Cimetière de Fauvillers L

Balades nature dans les cimetières

Si les cimetières sont des lieux de culte et de recueillement, ce sont aussi des lieux d’histoire et de mémoire. Et, grâce à leur récente végétalisation, les visites de cimetières ont aujourd’hui de plus en plus de succès. L’image qu’on se faisait des cimetières comme lieux sacrés est en train d’évoluer vers celle de lieux de balade où règnent calme et sérénité. Et ce, peu importe la saison : de nombreux cimetières ont une végétation tellement intéressante, qu’ils changent de visages tout au long de l’année.

Visiter un cimetière est loin d’être une pratique morbide. C’est une activité touristique à part entière qui permet de mettre en avant la diversité des monuments funéraires, des richesses patrimoniales de notre pays. Plusieurs cimetières proposent d’ailleurs des visites (audio-)guidées.

Visite insolite au cimetière de Laeken

On teste le nécrotourisme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Découvrez aussi notre carte interactive des cimetières classés à Bruxelles et en Wallonie !

Loading...

Il faut toutefois souligner que la végétalisation qui découle des récentes réglementations zéro-phyto chamboule le quotidien des jardiniers communaux et des gestionnaires de cimetières. Confrontés aux exigences de la nature et aux réticences des visiteurs, les voilà contraints d’adapter et de revoir entièrement leurs méthodes d’entretien de ces espaces. Alors, comment les communes s’y prennent-elles pour entretenir leurs cimetières ?

Les méthodes utilisées pour des cimetières verts

Pendant des années, les communes ont pulvérisé des produits chimiques sans beaucoup de jugement. Les jardiniers communaux passaient une à deux fois par an, et le job était fait : les cimetières étaient "propres" aux yeux des visiteurs funéraires. Propres en apparence, mais dans quels états sanitaire et environnemental ?

Aujourd’hui, l’abandon des produits phytosanitaires entraîne immanquablement une verdurisation du paysage funéraire. Et, si certaines communes ont décidé de mettre des choses en place pour maîtriser la végétalisation dès les premières pousses, d’autres ont préféré attendre et inviter la végétation de manière plus spontanée. Ce qui peut mener à une impression (pour certain) de négligence, chose peu tolérée et potentiellement mal vécue par les familles endeuillées.

- Cimetière de Namur Photo : namur.be

La communication vers le public s’avère donc essentielle. C’est pourquoi de plus en plus de communes s’y attellent depuis quelques années, et informent les citoyens sur l’importance de la végétalisation des cimetières. Avec le temps, la population calme son insatisfaction et apprécie ce nouveau type d’environnement.


▶▶▶ À lire aussi : La végétalisation des cimetières : esthétique, mais pas toujours pratique


Les communes s’impliquent certes dans la gestion de leurs cimetières. Mais, il faut former le personnel et toutes les communes n’en ont pas forcément les moyens financiers. Pour les aider, la Région wallonne a mis en place des cellules telles qu’Ecowal et Adalia 2.0, qui donnent des conseils en matière d’aménagement, de modes d’entretien et de communication. Elle a aussi lancé des subsides et un label "Cimetière nature", pour inciter les communes à favoriser le développement de la nature dans leurs cimetières. Les cimetières wallons labellisés sont consultables sur cette carte.

Quelles sont les solutions vertes mises en place ?

"Gérer les herbes sans produits phytosanitaires est parfois un vrai défi pour les communes," nous dit-on chez Adalia 2.0. "De nouvelles techniques d’entretien ont ainsi été mises en place dans les cimetières : avec d’un côté les méthodes dites préventives (comme le paillage, les plantes couvre-sol et les revêtements perméables) et de l’autre, les méthodes curatives (comme les désherbages manuel, mécanique et thermique)".

Mais si, au lieu de désherber, on enherbait nos cimetières ? "Une des solutions pour limiter l’entretien des cimetières, c’est en effet de végétaliser certaines allées," nous confirme un membre de l’équipe des conseillers d'Adalia 2.0. "Cette technique adoptée par de nombreux cimetières (comme ceux de la ville de Namur, d’Hastière, de Liège Sainte-Walburge, d’Andenne, de Léglise, de Seraing, de Tenneville, de Limbourg et de Plombièrespermet de venir à bout des mauvaises herbes, tout en préservant la biodiversité et en embellissant le paysage".

- Cimetière de Namur Photo : namur.be

Végétaliser davantage, OK ! Mais, comment les communes font-elles pour gérer cet enherbement ? Pour éviter que les herbes folles n’envahissent les cimetières, que les allées ne deviennent inaccessibles et que ces lieux ne fissent en véritables chancres funéraires ? "Déjà, végétaliser un cimetière ne veut pas dire enherber sa totalité," souligne-t-on chez Adalia 2.0. "On peut parfaitement concilier enherbement et accessibilité en adaptant les solutions selon les espaces. Ensuite, il existe tout un tas de solutions d’enherbements maîtrisées".

La tonte différenciée est une technique adoptée par de nombreux cimetières verts pour favoriser la biodiversité. Cette méthode simple et efficace consiste à laisser une partie de la pelouse à l’état sauvage et à tondre de manière plus raisonnéeC’est le cas du cimetière du Vogelenzang, à Anderlecht. Ce cimetière a par exemple adopté la technique du fauchage tardif, pour permettre aux plantes de pousser, fleurir et surtout fructifier.

Loading...

Le choix des plantes aussi est essentiel, pour une gestion écologique des cimetières. Des cimetières verts comme celui de Froidchapelle ou le vieux cimetière de l’entité de Léglise ont aménagé des zones favorables à la biodiversité en utilisant, par exemple, de la prairie fleurie pour remplacer l’enherbement ou les surfaces en gravier et apporter un peu de couleur. Certains cimetières, comme à Charleroi, ajoutent du gazon spécifique pour lutter contre les mauvaises herbes et tondre bien plus facilement. D’autres cimetières optent pour des arbustes mellifères, pour attirer des abeilles et des papillons, d’autres des haies vives d’espèces indigènes, pour attirer les oiseaux et les hérissons.

Des hôtels à insectes peuvent également être installés, c’est notamment le cas du cimetière de Guirsch à Arlon, qui a obtenu en 2019 le niveau le plus important du Label Nature.

Certains cimetières vont même jusqu’à inviter des chèvres et des moutons, ou à placer des ruches, comme celui de Ohain qui a installé sept ruches (décorées par les écoliers et) aujourd’hui exploitées par un apiculteur de la région.

@ Jacques Duchateau / L'Avenir - Cimetières d'Ohain

Autant de solutions efficaces qui contribuent à l’amélioration de la biodiversité et à la réduction de l’impact négatif des pesticides sur l’environnement et notre santé.

Plus d'infos sur les cimetières verts? Voici quelques liens utiles:

Loading...
Loading...

Sur le même sujet

Dialogues Funèbres, art contemporain dans les galeries funéraires du cimetière de Laeken

Exposition - Accueil

Les cimetières de Bruxelles et de Laeken pourront inhumer plus de 800 urnes biodégradables

Regions Bruxelles

Articles recommandés pour vous