RTBFPasser au contenu
Rechercher

Maison

Quand les bateaux sortent de l'eau et vivent une seconde vie

Quand les bateaux sortent de l'eau et vivent une seconde vie.
09 août 2022 à 08:30Temps de lecture1 min
Par RTBF avec AFP

Les usages se multiplient pour les bateaux : espaces de coworking, restaurants, hôtels. Dorénavant, la filière du recyclage s'organise et certaines entreprises donnent une seconde vie aux coques en polyester.

Un nouveau souffle sur la terre ferme

Au nord de l'Europe, l'Angleterre, les Pays-Bas ou encore le Danemark recensent leurs particularités concernant les bateaux. Il n'est pas inhabituel de croiser sur les berges ces navires devenus des lieux d'hébergement.

Avec la pandémie de Covid-19, les péniches et les bateaux sont également devenus des nouveaux lieux pour télétravailler, comme à Paris, où l'équipe d'Ubiq est partie s'installer sur Le Mazette, une péniche sur les quais de Seine. Les bateaux deviennent des lieux de vie insolites prisés pour les petites et grandes activités du quotidien.

Et si on faisait sortir de l'eau les bateaux pour qu'ils vivent une seconde vie sur la terre ferme ? Bathô, entreprise nantaise, en a fait sa spécialité.

Elle transforme les bateaux de plaisance en lieux de vie insolites sur la terre ferme : hébergements, salles de réunion, jeux pour enfants…

Avec son chantier naval sur les bords de la Loire, Bathô s'implique dans le recyclage des bateaux. L'entreprise du secteur de l'économie sociale et solidaire (ESS) a reçu le prix ESS de la Transition écologique en 2020 et le trophée Tourisme Durable 2022 du média L'Echo touristique.

Loading...

En France, une filière de recyclage déconstruit les coques

La France, second constructeur de bateaux de plaisance du monde, se heurte aux problématiques environnementales causées par la fabrication de ces navires. Le parc de bateaux est peuplé de plus d'un million de navires de plaisance, dont 80% ont été construits avant les années 2000 et dont la durée de vie oscille entre 30 et 40 ans

Les bateaux sont élaborés en grande majorité avec du polyester, un matériau difficile à recycler. Au point que la plupart des propriétaires préfèrent abandonner, voire brûler leurs engins. 

L'APER, association chargée de la filière de déconstruction des navires de plaisance, et rattachée au ministère français de la Transition écologique, a déconstruit plus de 5096 bateaux depuis août 2019, selon ses chiffres. Elle compte 26 centres de déconstruction en France. D'ici 2025, l'APER souhaite doubler son nombre de centres.

Sur le même sujet

À 24 ans, il est le seul facteur de France à livrer le courrier en bateau

Monde Europe

Insolite : un Américain surnommé "Super Mario" vit depuis plus de 20 ans sur des bateaux de croisière

Le 8/9

Articles recommandés pour vous