RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Hainaut

Quand la musique militaire est bonne, elle se donne à Mons, à Namur ou encore à Bruxelles…

Le Tattoo de la Défense: reportage audio

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une Brabançonne, des marches militaires, mais aussi des airs des Beatles ou même Céline Dion : des airs variés ont résonné lundi soir sur la Grand-Place de Mons. La Défense belge y lançait son premier festival de musique militaire, ce qu’on appelle un tattoo. Ecoutez notre reportage audio ci-dessus.

Cent cinquante musiciens issus des armées de quatre pays (Belgique, France, Pologne et États-Unis) se sont succédé sous les yeux ébahis du public. Le même spectacle sera donné dans d’autres villes belges dont Namur, ce mardi, et Bruxelles, vendredi.

Quatre musiques issues de quatre pays.
Un spectacle qui prend d’autres couleurs au fil de la soirée.
Des musiques et des hommages.

Ce festival de musiques militaires était initialement prévu en 2020, à l’occasion de la commémoration des 75 ans de la libération de la Belgique. Reporté de deux ans à cause de la pandémie, l’événement a vu son titre changer au gré de l’actualité. "La liberté retrouvée" a fait place à "La valeur de la liberté", explique le Colonel Guy Dobbelaere, Commandant de la Province de Hainaut, "pour souligner que cette liberté n’est jamais acquise".

Aux côtés de la musique Royale de la Marine (Belgique), on trouve trois autres formations étrangères : le Bagad de Lann-Bihoué (France), the Representative Central Band of the Polish Armed Forces (Pologne) et the 2D Marine Division Band (États-Unis).

Articles recommandés pour vous