RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Propagande ou initiative spontanée ? Ces Afghanes se rassemblent dans une université de Kaboul en soutien aux talibans

Des étudiantes voilées brandissent des drapeaux talibans en écoutant des oratrices avant un rassemblement pro-talibans à l'Université d'éducation Shaheed Rabbani à Kaboul le 11 septembre 2021.
11 sept. 2021 à 10:33 - mise à jour 11 sept. 2021 à 14:40Temps de lecture3 min
Par AFP

Niqabs noirs et drapeaux blancs. L’image est aussi forte qu’un message de propagande. Plusieurs centaines d’Afghanes entièrement voilées se sont réunies samedi dans l’amphithéâtre d’une université de Kaboul pour exprimer leur soutien au nouveau régime taliban dont la politique à l’égard des femmes suscite l’inquiétude dans le pays comme à l’étranger.

Ces quelque 300 femmes, dont la majorité portait des niqabs noirs couvrant la totalité de leur visage à l’exception des yeux, ont brandi les drapeaux des nouveaux maîtres de l’Afghanistan en écoutant les oratrices venues défendre les mesures du nouveau régime.

Une poignée d’entre elles avaient revêtu la burqa, un voile intégral doté d’une grille au niveau des yeux dont le port était obligatoire sous le premier régime taliban (1996-2001) et de nombreuses femmes portaient des gants noirs, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Autorisées à l’université

Les talibans, qui sont revenus au pouvoir le 15 août dernier vingt ans après en avoir été chassé, sont attendus au tournant, notamment sur la question des droits des femmes.

La population et la communauté internationale gardent en mémoire l’application stricte de la charia, la loi islamique, lors de leur premier passage au pouvoir. Les femmes n’étaient alors autorisées ni à étudier ni à travailler.

Depuis le 15 août, le mouvement islamiste a promis que leurs droits seraient respectés et annoncé qu’elles pourraient étudier à l’université, à condition qu’elles portent une abaya et un niqab et que les cours soient non-mixtes – ou alors séparés des étudiants par un rideau.

Dans l’amphithéâtre de l’université Shaheed Rabbani samedi, les oratrices qui se sont succédé sur l’estrade ont tancé les femmes descendues dans les rues ces derniers jours dans le pays pour réclamer le respect de leurs droits.

Elles ont également défendu le nouvel exécutif qui a interdit les manifestations – sauf autorisation donnée par le ministère de la Justice.

Une autorisation demandée et obtenue par les manifestantes de l’université, selon Daud Haqqani, chargé des relations extérieures au ministère de l’Éducation.

Des étudiantes afghanes en niqabs noirs, un drapeau taliban à la main, écoutent un discours lors d’un rassemblement pro-talibans à l’université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul
Des combattants talibans encadrent une marche d’Afghanes en niqabs noirs lors d’un rassemblement devant l’Université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul
Des Afghanes en niqabs noirs défilent avec des pancartes pro-talibans devant l’université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul
Des combattants talibans armés escortent des Afghanes en niqabs noirs lors d’un rassemblement pro-talibans devant l’Université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul
Une pancarte "Les femmes qui ont quitté l’Afghanistan ne peuvent pas nous représenter" brandie par une Afghane en niqab noir lors d’un rassemblement pro-talibans devant l’université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul
+1

Les femmes étaient recrutées uniquement pour leur beauté

"Nous sommes contre ces femmes qui manifestent dans les rues en prétendant qu’elles sont représentatives des femmes" afghanes, a dénoncé la première intervenante.

"Est-ce que la liberté c’est d’aimer l’ancien gouvernement ? Non, ce n’est pas ça la liberté", a-t-elle ajouté. "Le gouvernement sortant abusait des femmes. Les femmes étaient recrutées uniquement pour leur beauté".

Une autre étudiante, Shabana Omari, a affirmé être d’accord avec la politique des talibans selon laquelle les femmes devraient toutes porter un voile.

"Celles qui ne portent pas le hijab nous font du mal, à nous toutes", a-t-elle estimé, en référence au voile islamique.

Pour une autre oratrice, Somaiya, les choses ont changé, en bien, depuis le retour des talibans.

"Nous ne verrons plus de 'bihijabi' (personnes ne portant pas de foulard)", a-t-elle déclaré. "Les femmes seront en sécurité. Nous soutenons de toutes nos forces notre gouvernement".

A l’issue des discours, les manifestantes ont défilé dans la rue en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait notamment lire "les femmes qui ont quitté l’Afghanistan ne peuvent pas nous représenter" ou encore "nous sommes satisfaites de l’attitude et du comportement des moudjahidines (talibans)".

Plus de trois semaines après avoir pris le pouvoir, les talibans ont dévoilé cette semaine la composition de leur gouvernement provisoire mais leur politique comporte encore de nombreuses zones d’ombre.

Le nouveau régime a indiqué que les femmes seraient autorisées à travailler "conformément aux principes de l’islam", sans donner plus de précisions.

Des Afghanes en niqabs noirs défilent avec des pancartes pro-talibans devant l’université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul
Des Afghanes en niqabs noirs défilent avec des pancartes pro-talibans devant l’université Shaheed Rabbani, le 11 septembre 2021 à Kaboul Aamir QURESHI

Sur le même sujet

Lundi est prévu le premier vol commercial Islamabad-Kaboul depuis la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan

Monde

Afghanistan: 200 personnes évacuées lors du premier vol d'évacuation vers l'étranger depuis le retrait américain

Monde Moyen-Orient