Regions

Projet de parcs nationaux : deux des quatre candidatures retenues sont en province de Luxembourg

Donatien Liesse, directeur du Parc naturel Haute-Sûre Forêt d’Anlier

© RTBF – Anaïs Stas

16 déc. 2021 à 15:04Temps de lecture2 min
Par Anaïs Stas & Philippe Herman

Les quatre projets présélectionnés pour la création de deux parcs nationaux en Wallonie sont connus : le parc de l’Entre-Sambre-et-Meuse, de la Forêt d’Anlier, de la Hautes Fagnes et de la Vallée de la Semois. Sur les sept candidatures proposées, quatre sont donc retenues et deux se situent en province de Luxembourg.

C’est une première étape. Les quatre porteurs de projets ont maintenant jusqu’en octobre 2022 pour présenter un dossier détaillé comprenant notamment "un plan directeur et opérationnel". Pour les y aider, les candidats vont recevoir un subside de la part de la Région. Les deux parcs lauréats seront connus dans un an, en décembre 2022.

"On est vraiment très heureux. Pour nous, cela représentait un défi important ce dossier de candidature. On y a consacré pas mal d’énergie sans avoir beaucoup de moyens pour le faire" explique, avec un grand sourire, Donatien Liesse, directeur du Parc naturel Haute-Sûre Forêt d’Anlier.

Trois points forts du projet de parc national Forêt d’Anlier

"La nouvelle est tellement récente que je n’ai pas encore eu accès à l’évaluation de notre dossier de candidature" précise Donatien Liesse. "Mais, si je dois citer trois points forts de notre candidature je dirais. La préservation de la moule perlière. C’est une espèce au bord de l’extinction au niveau mondial. Et je dirais, qu’à peu de chose près, les chances de survie de l’espèce se situent ici, dans la Forêt d’Anlier. Autre point fort, le massif d’Anlier est un ensemble très cohérent, le plus grand massif de feuillus d’un seul tenant en Belgique. Et enfin, on a réussi à fédérer très vite tous les acteurs concernés (nature, tourisme etc.), et ça, c’est un travail de vingt ans".

Trois points forts du projet de parc national Vallée de la Semois

Le projet recouvre un peu plus de 20.000 hectares avec sept communes concernées de Vresse-sur-Semois en passant par Bouillon, Paliseul, Bertrix, Herbeumont, Florenville et Chiny.

"En premier lieu, la qualité biologique" déclare Hélène Poncin, coordinatrice du Parc naturel de l’Ardenne méridionale. "Ce projet de parc suit la Semois qui en est le fil conducteur. C’est une nature fort préservée. Autre point important, l’étendue de ce territoire. On est sur plus de 20.000 hectares pratiquement d’un seul tenant. Et troisième atout c’est ce partenariat entre deux parcs naturels existants, celui de l’Ardenne méridionale et de la Gaume".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous