Procès Hakimi/Pauwels au Lotto Mons Expo : Stéphane Pauwels reconnait la détention de drogue mais se défend des autres charges

Stéphane Pauwels: son avocat plaide l acquittement

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

18 sept. 2020 à 08:23 - mise à jour 18 sept. 2020 à 11:32Temps de lecture3 min
Par RTBF avec Agences

"Je ne ferai pas de votre tribunal une tribune pour déverser tout le mépris que j’ai pour une certaine presse", a déclaré l’avocat Sven Mary qui plaide pour Stéphane Pauwels, vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Charleroi délocalisé au Lotto Mons Expo. Stéphane Pauwels encourt une peine de quatre ans comme coauteur d’un vol avec violence à Lasne, six mois de prison pour détention de produits stupéfiants et dix mois pour une tentative d’entrave à l’instruction. Il est en aveux de détention de cocaïne mais pas du reste.

Pour l’avocat, cette affaire doit être évoquée uniquement dans une enceinte judiciaire. "Je défendrai Stéphane Pauwels comme un homme mais je m’indigne contre une certaine médiatisation racoleuse et injuste. Alors qu’il était interrogé pour la première fois, on en a fait une bête de foire et un argument de vente. C’est devenu une corrida et certains ont attendu la mise à mort. Cela me fait vomir", indique-t-il. L’avocat rappelle également que son client est présumé innocent.

Stéphane Pauwels, un taureau dans l’arène

Dans sa plaidoirie pour défendre Stéphane Pauwels, l’avocat Sven Mary a eu recours à plusieurs expressions footballistiques. Il a d’emblée voulu " remettre la balle au centre " et rappeler la présomption d’innocence. Le président du tribunal est devenu " l’arbitre ". Un arbitre auquel l’avocat demande de juger Stéphane Pauwels " comme un homme ". Sven Mary est revenu sur la " médiatisation injuste et racoleuse " dont son client a été victime. " On a fait de cet homme une bête de foire ", a-t-il estimé, évoquant une " corrida avec une assiette de tapas à la main et une bière ". " On attend chaque pique enfoncée dans le cou du taureau Pauwels dont on espère, pour certains, une mise à mort ", a dit Sven Mary.

Une suspension probatoire pour la détention de stupéfiants ? 

Pour le volet détention de stupéfiants, la détention de cocaïne, le procureur avait requis 6 mois de détention. Pour ce volet, Sven Mary réclame une suspension probatoire. Selon lui, de 2016 à 2018, Stéphane Pauwels et Vanessa Colassin " étaient des toxicomanes " qui n’en pouvaient " plus de cette cocaïne qui les bouffe ". " C’était des personnes qui avaient besoin d’aide. Ce problème de stupéfiants est terminé pour Monsieur Pauwels. La prison ne sera pas la solution, surtout en sachant ce qu’on peut y trouver ", a plaidé Me Sven Mary.

Dans le volet homejacking, pour lequel le Procureur a réclamé quatre ans de réclusion à l'encontre de Stéphane Pauwels, Sven Mary plaide pour qu'on retienne l’intimidation uniquement et pas le vol avec violences.  Sven mary charge surtout Jamal Ennif, l'ami qui a joué les intermédiaires entre le couple Vanessa  Colassin-Stéphane Pauwels et les auteurs du homejacking. 

Me Mary ajoute que les acteurs du grand banditisme utilisent plusieurs téléphones pour brouiller les pistes. Pauwels et Colassin n'ont jamais usé de tels artifices. " Stéphane Pauwels a un casier judiciaire vierge et il n'a pas la personnalité d'organiser tout ça. Dans la première affaire de corruption au sein du foot belge, il était manager à La Louvière et il fut l'un des premiers à dénoncer les faits, ce n'est pas un homme malhonnête".

"Il n'est pas coupable d'un vol avec violence. Si tout le monde qui a donné un jour un coup à quelqu'un, si ça c'était véritablement l'intention, devait se retrouver en prison, il va falloir qu'on construise beaucoup beaucoup de prisons. C'est  comme le  Procureur qui demande une peine effective pour les gens qui consomment de la cocaïne, je pense qu'il va falloir qu'on se mette dans l'investissement de nouvelles prisons, parce que je pense qu'en Belgique, c'est un grand problème et un grand fléau", a ajouté Me Sven Mary à la sortie du tribunal. 

"Le dossier s'appelle le dossierHakimi-Pauwels. Ce sont deux personnes qui ne se connaissent pas. Il est clair que "Pauwels" est un produit qui se vend bien, apparemment. Mais de là à ne pas respecter sa présomption  d'innocence,  je pense que c'est un pas trop loin"  a estimé Me Mary après sa plaidoirie. 

"Il y a quatre ans d'emprisonnement, plus dix mois d'emprisonnement, plus 6 mois d'emprisonnement qui ont été demandés, pour quelqu'un qui n'a jamais fait un jour de prison. Une chose qu'on est forcé de constater c'est que le milieu dans lequel il se retrouve aujourd'hui et les gens avec qui il est aujourd'hui,  ce n'était pas véritablement les  gens qu'il fréquentait d'habitude", a ajouté Me Mary, parlant de son client, après la plaidoirie. 

L'acquittement a été plaidé. A titre subsidiaire, une suspension du prononcé de la condamnation a été plaidée en faveur de celui "qui a vécu l'orage de sa vie".


 

 

L¿avocat de Stéphane Pauwels réclame l¿acquittement de son client

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous