Attentats de Bruxelles

Procès des attentats à Bruxelles : la chambre des mises devra aussi examiner la demande de libération de Smaïl Farisi

© © Tous droits réservés

La chambre des mises en accusation de Bruxelles devra se pencher dans la semaine sur la demande de libération d’Ibrahim Farisi, mais examiner aussi celle de son frère Smaïl Farisi, a souligné lundi soir le conseil de ce dernier, Me Sébastien Courtoy, à l’issue de l’audience préliminaire devant la cour d'assises de Bruxelles pour le procès des attentats du 22 mars 2016.

L’avocat d’Ibrahim Farisi, Me Xavier Carrette, avait adressé sa propre requête à la cour d'assises, mais cette dernière l’avait renvoyé vers la chambre des mises en accusation. Me Courtoy a dès lors emboîté le pas à son confrère et a introduit une demande de libération pour son client devant la chambre des mises.

Smaïl Farisi est l’homme qui avait initialement loué l’appartement à Etterbeek ayant servi de planque à Ossama Krayem et Khalid El Bakraoui. Après les attentats du 22 mars, les frères Farisi avaient vidé et nettoyé de fond en comble le logement. Ces derniers avaient été placés en état d’arrestation au cours de l’enquête, avant d’être relâchés.

Pour l’audience préliminaire du procès, le parquet fédéral avait décidé, mercredi dernier, de faire arrêter les deux frères. Smaïl Farisi avait été immédiatement arrêté, tandis que son frère Ibrahim s’était présenté à la police fédérale jeudi soir à Bruxelles. De là, il avait ensuite été transféré à la prison de Leuze-en-Hainaut.

Sur le même sujet

Procès des attentats de Bruxelles : qui sont les accusés ?

Justice

Procès des attentats de Bruxelles : la cour ordonne le démontage des boxes des accusés

Attentats de Bruxelles

Articles recommandés pour vous