RTBFPasser au contenu

Jupiler Pro League

Pro League – Felice Mazzu : "Ce groupe est fou, c’est ce qui fait la beauté de l’Union"

Felice Mazzu : "Ce groupe est fou, c’est ce qui fait la beauté de l’Union"

Pro League

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 janv. 2022 à 17:481 min
Par Martin Weynants

Felice Mazzu a encore vécu des émotions fortes sur son banc de touche. Le coach de l’Union a vu son équipe émerger dans une fin de match complètement dingue contre Genk. La belle histoire continue. Le promu compte désormais 9 points d’avance sur son plus proche poursuivant.

"Je vais vous résumer tout le match en une phrase : 'ce groupe est fou'. Quand vous menez 1-0 contre Genk et que le Racing revient à 1-1, 99% des équipes ferment et se placent devant le rectangle. Le groupe a voulu gagner ce match. Il y a d’abord un but annulé. Le hors-jeu est très, très limite. Le temps que le VAR a mis pour décider en atteste. Mais même après ce but annulé, on a réussi à aller de l’avant et à se créer cette situation de penalty. Ce groupe est fou. Ce groupe est extraordinaire. Et c’est ce qui fait la beauté actuelle de l’Union", souligne le technicien au micro de la Pro League.

L’USG ne s’est donc pas "contenté" d’un partage. Malgré les discussions de la semaine. "On s’était dit que si on voyait que c’était difficile et qu’on avait la chance d’avoir un point, il fallait le garder. On a été bon dans l’organisation mais on a malgré tout réussi à ressortir en fin de match pour créer ce penalty. Donc c’est bien. On a acquis une certaine maturité et un peu plus d’expérience que ce qu’on avait dans le passé".

Penalty ou non ? Mazzu préfère ne pas se positionner. "Je ne vais pas vous dire s’il y avait penalty pour nous, je ne vais pas vous dire s’il y avait penalty contre nous. Les arbitres et le VAR
ont pris des décisions. C’est comme ça. Si on a marqué à la 99e, c’est que le temps n’était pas écoulé. Une faute, c’est une faute. Un penalty, c’est un penalty. On l’a marqué. Les tireurs ? Il y a une liste. Aujourd’hui, le N.A c’était Dante (Vanzeir, ndlr)".

© Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous