RTBFPasser au contenu

Prisons: Koen Geens veut donner toutes ses chances à la concertation

Prisons: Koen Geens veut donner toutes ses chances à la concertation
04 juil. 2018 à 17:00 - mise à jour 04 juil. 2018 à 17:001 min
Par Belga

Le ministre de la Justice, Koen Geens, donnera toutes ses chances à la concertation afin de trouver une solution au conflit social qui paralyse les prisons, a indiqué mercredi son cabinet à la suite des propositions formulées par les syndicats. Il rappelle toutefois que les règles internationales doivent s'appliquer au quotidien et non un jour sur deux.

Le conflit est né du projet du gouvernement d'instaurer un service garanti dans les prisons. Il s'agit pour l'équipe Michel de répondre à la mise en demeure de la Belgique par le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants.

Les syndicats proposent une forme de grève intermittente: les droits des détenus seraient garantis à certains moments déterminés en cas de grève et, de la sorte, une partie du personnel continuerait à travailler pour assurer le respect de ces droits.

Le ministre a fait remarquer qu'en vertu des règles internationales, les repas, les soins médicaux, l'hygiène corporelle (dans une certaine limite), une heure de promenade à la lumière du jour, les contacts par courrier ou téléphone ainsi que les visites (dans une certaine limite), la visite d'un avocat, les services diplomatiques et consulaire et l'assistance spirituelle doivent être assurés quotidiennement.

La proposition -d'un jour complet de grève et d'un jour de service minimum- risque donc de ne pas satisfaire à ce prescrit international. De la sorte, une grève risque en outre de s'éterniser et de mettre en péril les plans de détention et l'organisation du travail au sein de la prison.

La concertation entre le ministre et les syndicats se poursuivra jeudi.

Articles recommandés pour vous