RTBFPasser au contenu

Etcetera

PRISM: faut-il en revenir aux bonnes vieilles machines à écrire?

PRISM: faut-il en revenir aux bonnes vieilles machines à écrire?
11 juil. 2013 à 10:50 - mise à jour 15 juil. 2013 à 09:251 min
Par AFP

Le FSO, Service fédéral de protection, issu de l'ancien KGB, a lancé un appel d'offre pour l'achat de 20 machines à écrire.

Cette décision a été prise "après les scandales de WikiLeaks, les révélations de Snowden ainsi que les informations selon lesquelles le Premier ministre Dmitri Medvedev avait été écouté lors d'un sommet du G20 à Londres", explique au journal une source au sein du service.

"Il a été décidé d'utiliser davantage de documents papier", selon la même source.

Interrogé par l'AFP, le service de presse du FSO s'est refusé à tout commentaire.

Selon d'autres sources citées par le journal, les services spéciaux ainsi que le ministère de la Défense utilisent toujours des machines à écrire.

"Du point de vue de la sécurité, toute sorte de télécommunication électronique est vulnérable. On peut capter n'importe quelle information depuis un ordinateur", selon le député et ex-directeur du FSB (ex-KGB) Nikolaï Kovalev.

"Le moyen le plus primitif est à privilégier : la main humaine ou la machine à écrire", a-t-il ajouté, interrogé par Izvestia.

AFP

Articles recommandés pour vous