RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Près de 400 réclamations contre le projet immobilier de Mambaye à Spa

Près de 400 réclamations contre le projet immobilier de Mambaye à Spa
24 avr. 2019 à 13:592 min
Par Olivier Thunus

Les riverains du domaine de Mambaye, à Spa, ne sont pas contents. Ils sont une cinquantaine à vivre dans le périmètre très vert de ce centre de classes vertes et ils ont appris qu'un projet immobilier voulait construire dans le domaine un village vacances de 165 unités de logement, un hôtel de 85 chambres ainsi que 100 à 120 logements unifamiliaux. On en est au stade de l'avant-projet et l'enquête publique s'est terminée ce mercredi.

Des riverains sont venus mercredi à l'administration commmunale remettre une boite contenant plus de 300 lettres de réclamation.
Des riverains sont venus mercredi à l'administration commmunale remettre une boite contenant plus de 300 lettres de réclamation. RTBF - Olivier Thunus

Le projet émane des sociétés Mambaye et Spa Monopole et il suscite une véritable levée de bouclier. 379 réclamations écrites ont été déposées à l'administration communale et une pétition a recueilli près de 400 signatures. Les griefs des riverains sont multiples : " Ce projet, c’est la démesure. Il pose également question en termes de mobilité : il va y avoir plus ou moins soixante pourcents d’augmentation du trafic sur la rue de Barissart. Cette rue n’est absolument pas conçue pour la mobilité douce : pas de trottoirs, pas de piste cyclable, etc. Un autre point qui nous interpelle est celui de la protection de la nature. Il faut savoir que ce projet est en bordure de la zone Natura 2000 et dans une zone de prévention de captage d’eau ", détaille Thierry Alliance, membre du comité de défense.

Je pense qu’une solution doit passer par une concertation entre la commune, l’immobilière de Mambaye et Spa Monopole. Ce qui serait acceptable, c’est une urbanisation raisonnable. Pour le parc de Hoctaisart, nous souhaiterions notamment que soit appliqué ce qui était prévu, à savoir une habitation par parcelle ", précise-t-il.

En rouge et orange, les nouvelles constructions prévues : en rouge les nouvelles habitations, en orange les hébergements touristiques. En gris, les habitations existantes.
En rouge et orange, les nouvelles constructions prévues : en rouge les nouvelles habitations, en orange les hébergements touristiques. En gris, les habitations existantes. SCRL Pluris, dossier du projet dans le cadre de l'enquête publique

L'avant-projet peut encore être modifié et, au vu de certaines situations, il le sera vraisemblablement. Un exemple : Isabelle Baquet est une des riveraines. Selon les plans de l'avant-projet, elle ne pourrait plus rentrer chez elle : " Si on regarde bien le plan, la maison n’a plus d’entrée. On ne pourrait plus y accéder que par l’arrière, par un petit chemin vicinal, et donc par le jardin. On n’y aurait plus accès à l’entrée, ni à la porte, ni à la boite aux lettres ", explique-t-elle.

Avant de recevoir un permis, le projet devra encore passer plusieurs fois devant le Conseil et le Collège communal, ainsi que sur la table du gouvernement wallon. Les riverains se sont regroupés en comité de défense pour faire pression sur ces instances.

Articles recommandés pour vous