Sciences et Techno

Première mondiale : un deepfake montre un appel à témoins par un garçon néerlandais assassiné

Loading...
24 mai 2022 à 10:26Temps de lecture1 min
Par Xavier Lambert

Sur la chaîne néerlandaise WNL, Sedar Soares, 13 ans a lancé dimanche un appel à témoins dans une histoire de meurtre. Particularité : il s’agit de son propre meurtre, commis en 2003 à Rotterdam, et la vidéo est un "deepfake", réalisé pour que l’auteur et les témoins de son meurtre se manifestent.

Selon la VRT, c’est la première fois que cette technologie du deepfake, qui permet de truquer des vidéos à partir d’images véritables et en les manipulant avec l’intelligence artificielle, est utilisée de cette manière. Avec succès : depuis la diffusion, la police dit avoir reçu plusieurs dizaines de dénonciations.

Le 1er février 2003, le garçon de 13 ans jouait avec ses amis sur un parking de la station de métro aux boules de neige quand soudain des coups de feu ont été tirés. Jusqu’à récemment, on croyait qu’un automobiliste furieux avait tiré. Plusieurs pistes avaient été suivies, sans succès.

Le dossier a été clos en décembre 2006, mais l’équipe de Cold case de Rotterdam n’a jamais lâché l’affaire et l’enquête sur le meurtre a été rouverte début 2020. Des témoignages laissent désormais penser qu’un trafic de drogue serait à l’origine de la fusillade.

La vidéo a été réalisée avec la collaboration de la famille. Elle montre Soares, qui espérait devenir footballeur professionnel et était déjà repéré par le club de Feyenoord, sur un terrain de football. Alors qu’il traverse une haie d’honneur composée d’amis et de proches, sa sœur appelle les auteurs et les témoins à se manifester. Le deepfake est réalisé sur base d’une photo de Soares prise à Noël 2002. La police offre 40.000 euros de récompense pour qui permettra de résoudre l’affaire.

Sur le même sujet

Piégés par un deepfake, les maires de Berlin, Madrid et Vienne se sont entretenus avec un faux maire de Kiev

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous