RTBFPasser au contenu

Regions

Préavis de grève à la résidence "Pré Fleuri" à Neufchâteau

La résidence a été inaugurée fin 2019
04 mars 2022 à 15:551 min
Par Nicolas Lefèvre

Situation de crise au "Pré Fleuri" à Neufchâteau. Le personnel de la maison de repos dénonce des conditions de travail déplorables.
Un préavis de grève a été déposé par les syndicats. Si rien ne bouge, le personnel pourrait déjà se mettre à l'arrêt la semaine prochaine, précisément le 11 mars. 

Que se passe-t-il au "Pré Fleuri" ? Selon les syndicats, réunis en front commun, le personnel serait constamment mis sous pression.
Le manque de bras et les horaires interminables, pas toujours récupérés et sans compensation financière, ont non seulement un impact sur la santé des travailleurs, mais aussi sur le bien-être des résidents. Marie Tillière, secrétaire permanente CSC services publics : "On a vraiment une maison moderne avec plein de possibilités d'activités pour les résidents mais évidemment, quand on est en nombre réduit dans l'équipe, on ne peut pas proposer tout ce qu'on voudrait".

Le président de l'association Chapitre XII qui réunit les communes de Léglise et de Neufchâteau dit, quant à lui, avoir conscience de ces difficultés, même s'il s'étonne du durcissement de ton de la part des syndicats. Il appelle à faire preuve de patience, expliquant qu'un audit externe va bientôt débuter : "Un audit qui va travailler sur deux axes : psychosocial et organisationnel. Cela va permettre de rencontrer le personnel et de voir ce qui fonctionne, ce qui fonctionne moins bien et ce qui doit encore évoluer. Tout le monde aura voix au chapitre".

Olivier Rigaux confie également que la maison de repos cherche à recruter, mais que le manque de candidats est une problématique générale. 

Côté syndical, on souhaite tout d'abord être entendu et renouer le dialogue. "On a pu rencontrer les membres du bureau exécutif au début du mois de février et, malgré cela, le conseil d'administration, qui s'est réuni le 18 février, ne nous a donné aucun signe et n'est pas revenu vers nous avec de bonnes nouvelles pour le personnel" conclut Marie Tillière.

Articles recommandés pour vous