Regions Hainaut

Pourquoi tant de soignants français dans les hôpitaux belges ?

Ecoutez ici notre reportage au CHWAPI

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

C’est un phénomène qui commence à poser des problèmes à nos voisins français : leurs infirmiers et infirmières préfèrent venir travailler chez nous, en Belgique. Certains hôpitaux belges, proches de la frontière emploient près de 25% d’infirmières et infirmiers français.

Et pendant, ce temps, à Maubeuge, par exemple, le manque de personnel pousse les soignants à la grève (grève des soignants du 4 au 7 juillet 2022). Mais qu’est-ce qui attitre les Français chez nous, dans un secteur en pleine crise ?

Pour le savoir, nous nous sommes rendus au CHWAPI, le Centre Hospitalier de Wallonie Picarde, à Tournai.

© Tous droits réservés

Nous y avons rencontré Adrien. Il a 36 ans. Ça fait 12 ans qu’il passe la frontière tous les jours pour venir travailler dans un hôpital belge : "au départ j’ai commencé mes études en Belgique, donc c’était une suite logique, explique-t-il". Beaucoup de futurs infirmiers et d’infirmières choisissent notre pays pour la qualité de son enseignement, mais aussi parce que la Belgique n’impose pas, comme le fait la France, de concours d’entrée. Au final, ces infirmiers ont suivi un cursus et des stages dans un système qu’ils connaissent et qu’ils apprécient.

 

C’est un service dans lequel je me sens bien

Vincent Loncke est infirmier en chef au CHWAPI. Il explique que la façon de travailler auprès des patients n’est pas la même de part et d’autre de la frontière : "Chez nous c’est plutôt des soins intégrés, qui vont de la toilette jusqu’aux soins et aux injections, précise-t-il, tandis qu’en France les soins sont plutôt dédicacés aux aides soignants alors que les injections, tout ce qui est technique, est plutôt dédicacé à l’infirmier"

© Tous droits réservés

Une prise en charge plus globale du patient, un esprit plus familial, de meilleures conditions de travail, c’est aussi ce qui a séduit Justine, une autre Française, sortie de l’école il y a 4 mois.

© Tous droits réservés

"En discutant on a l’impression aussi d’avoir plus de moyens, plus d’organisation, analyse la jeune femme. C’est un service dans lequel je me sens bien, qui est bien cadré."

Mille euros de différence de salaire

Et puis il y a le salaire, plus intéressant côté belge. Les Français tourneraient autour de 1800 euros nets, contre plus de 2000 euros nets en Belgique. Salaire de base, primes, 13e mois, de quoi convaincre les Français de parcourir quelques kilomètres de plus. Et que dire de ceux qui bénéficient de l’ancien régime réservé aux travailleurs frontaliers ? Pour eux, la différence salariale peut avoisiner les 1000 euros, selon Adrien, qui est dans le cas. Autant de différences qui poussent certains Français à parcourir jusqu’à 70 kms, matin et soir pour venir travailler dans nos hôpitaux belges.

Articles recommandés pour vous