Prix de l'énergie

Pourquoi les factures de ceux qui ont un contrat d’électricité verte ne sont pas moins chères que les autres ?

Le marché matinal

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

06 sept. 2022 à 10:12Temps de lecture4 min
Par Alain Lechien avec Simon Bourgeois

Pourquoi les factures des clients qui ont un contrat d’électricité verte explosent autant que les autres, alors que l’énergie renouvelable n’est pas tributaire de la crise ukrainienne ou de la conjoncture économique ?

Cela peut paraître en effet étonnant, il y a toujours autant de vent, autant de soleil qu’avant et ça ne coûte pas plus cher. La réponse tient au fait que sur les marchés de gros de l’électricité, il n’y a qu’un seul prix. Que l’électricité vienne d’une éolienne, d’un barrage, d’une centrale nucléaire, d’une centrale au charbon ou au gaz, c’est exactement le même prix pour tout le monde.

Pot commun européen

Tous les producteurs d’électricité mettent leur production dans une sorte de grand pot commun européen, un marché de l’électricité, sur lequel les fournisseurs viennent l’acheter en gros pour ensuite nous le revendre au détail. Et ces mégawattheures d’électricité qui sont mis en commun, ils l’achètent à un prix unique, quelle que soit la filière de production de cette électricité. Et donc, ils nous la revendent aussi à un prix unique. Et ce prix est celui de la filière la plus chère.

Comment ça fonctionne ? Les producteurs produisent d’abord tout ce qu’ils peuvent avec les moyens de production les moins chers, les énergies renouvelables, avec des centrales nucléaires, puis avec le charbon. Et si c’est nécessaire, s’il y a une demande, ils allument des centrales au gaz, qui sont évidemment bien plus chères à faire tourner vu le prix du gaz, mais ça évite d’avoir des pénuries.

Ça veut dire que si on allume quelque part en Europe ne fût-ce qu’une centrale au gaz, c’est l’ensemble des prix du marché européen qui s’alignent sur cette dernière centrale allumée. Voilà pourquoi l’électricité verte coûte exactement le même prix que l’énergie d’origine fossile.

Pourquoi vendre l'énergie verte au prix de l'énergie fossile ?

Si ça coûte moins cher de produire de l’électricité avec une éolienne, pourquoi la vendre au prix de celle produite dans une centrale au gaz ? D’abord parce que les producteurs verts ne peuvent pas compter 24 heures sur 24 sur les énergies renouvelables. Et donc, pour Stéphane Renier, le directeur de la Commission de régulation wallonne, la Cwape, c’est compliqué pour ces producteurs verts de se passer complètement d’autres sources : "Pour les périodes où il n’y a pas de vent ou de soleil, ils doivent s’approvisionner sur le marché. Et donc, au total, sur l’année, ils fournissent bien de l’électricité verte, mais physiquement, si on regarde chaque heure sur l’année, la production n’est pas toujours couverte à 100% par du vert. C’est pour cette raison-là que les prix de marché sont alignés".

Si le jour où on a besoin d’une centrale au gaz, parce qu’il y a une demande d’électricité à ce moment-là, on dit au producteur : "On a besoin de vous pour éviter une pénurie. Donc, s’il vous plaît, allumez votre centrale. Mais on vous achète votre électricité, qui coûte très cher à produire, au prix des énergies renouvelables, qui est donc bien moindre", le producteur va produire à perte, il n’aura aucun intérêt à allumer sa centrale au gaz.

Donc, pour qu’il le fasse, on le paye au prix du gaz. Mais si on est prêt à payer cher pour ce dernier mégawattheure produit au gaz, tous les autres producteurs d’avant dans la chaîne – nucléaire, énergies renouvelables – se disent : "Si on est prêt à payer ce prix-là, il n’y a pas de raison que moi je vende de moins cher". C’est pour ça que les prix de l’ensemble du marché s’alignent toujours sur le prix le plus cher.

Cela veut dire que les énergies renouvelables sont condamnées à toujours coûter le même prix que l’électricité d’origine fossile, c’est le fonctionnement du marché européen aujourd’hui. Mais c’est vrai que ce n’est pas une fatalité. On pourrait revoir ce fonctionnement.

Les producteurs d'énergies vertes peuvent changer la donne 

Les gros producteurs verts peuvent vendre au prix fort, au même prix que le gaz, et c’est ce qu’ils font pour le moment. Ils se font d’ailleurs d’énormes marges pour l’instant. Mais ils ne sont pas non plus obligés de le faire.

Tant que la météo leur permet de produire de l’électricité verte, ils peuvent la vendre au prix qu’ils veulent, tant qu’ils ne font pas de pertes, y compris la vendre moins cher que ce qu’ils font actuellement, la vendre en deçà des prix du marché.

Cela existe en Belgique : COCITER, par exemple, un fournisseur coopératif 100% électricité renouvelable, surtout de l’électricité d’origine éolienne, donc de l’énergie qui coûte relativement peu cher à produire pour le moment, a décidé de vendre en deçà des prix du marché.

Donc oui, c’est possible de découpler, en partie en tout cas, les prix du gaz des prix de l’électricité pour Fabienne Marchal, la responsable de COCITER : "C’est simplement parce que nous fonctionnons en circuit court. Nous vendons notre électricité à un prix inférieur au prix du marché, simplement parce que le prix auquel nous vendons nous permet de vivre tout à fait correctement en termes de coopérative de production. Nous devons assurer la rentabilité de nos outils, nous devons assurer une manne financière suffisante pour engager des employés, mais au-delà, nous n’avons absolument pas besoin d’engranger des bénéfices, et de fait des surprofits. Par contre, nos coopérateurs ont bien besoin d’avoir une électricité à un prix maîtrisé pour savoir continuer simplement à vivre normalement".

On entend beaucoup pour le moment le politique dire qu’il faut réformer en profondeur le marché de l’électricité européen. Ursula von der Leyen, par exemple, la présidente de la Commission européenne, a dit qu’il fallait découpler les prix de l’électricité de celui du gaz. Voici un exemple concret en Wallonie. Mais il y a une démarche presque idéologique et militante derrière et celà implique de faire une croix sur une partie de ses marges et de ses bénéfices.

Une éolienne
Une éolienne © Getty Images

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous