RTBFPasser au contenu
Rechercher

Santé & Bien-être

Pourquoi les défenseurs du droit à l’avortement brandissent-ils des cintres métalliques aux Etats-Unis ?

National Rallies For Abortion Rights Held Across The U.S.
15 mai 2022 à 10:06Temps de lecture1 min
Par Marie-Laure Mathot

"Nous ne reviendrons pas en arrière." Le message est écrit accompagné d’un cintre métallique. Il est brandi par les dizaines de milliers de manifestants ce week-end aux quatre coins des Etats-Unis. Ils protestent pour sauvegarder le droit de pouvoir choisir de garder un foetus ou non. Un droit aujourd’hui menacé si la Cour suprême décide de revenir 50 ans en arrière.

"Nous ne reviendrons pas en arrière" est-il écrit derrière le cintre.
"Nous ne reviendrons pas en arrière" est-il écrit derrière le cintre. © Tous droits réservés

Mais pourquoi un cintre ? C’était en fait la "solution" utilisée par les femmes pour avorter illégalement avant que l’IVG ne soit dépénalisé aux Etats-Unis et dans d’autres pays. Les manifestants pourraient aussi brandir des aiguilles à tricoter.

Les femmes qui avortaient dans leur coin faute de prise en charge légale introduisaient ce genre d’instrument dans leur vagin afin d’aller "infecter l’œuf". Cela provoquait un saignement et en France, cela permettait à la femme d’être prise en charge à l’hôpital et d’avoir un curetage, explique une médecin dans ce reportage diffusé sur France 2.

Une technique qui rappelle la scène finale du film "Noces rebelles" où le personnage de Kate Winslet décède suite à un avortement réalisé dans son coin. 

Loading...

Une scène de fiction qui montre la réalité de ces femmes dans les années 50. Ces techniques dangereuses pouvaient en effet mener à la mort de la femme porteuse du fœtus. Avant 1975 en France, une femme mourrait chaque jour suite à un avortement clandestin.

Aujourd’hui, chaque année dans le monde, 4,7% à 13,2% des décès maternels sont dus à un avortement non sécurisé, selon l’Organisation mondiale de la Santé. Dans les régions développées, on estime que pour 100.000 avortements non sécurisés, 30 femmes meurent. Dans les régions en développement, ce nombre s’élève à 220 décès pour 100.000 avortements non sécurisés.

Sur le même sujet

La Cour suprême des Etats-Unis révoque le droit à l'avortement

Monde Amérique du Nord

La révocation du droit à l'avortement aux Etats-Unis inquiète en Belgique

Monde Amérique du Nord

Articles recommandés pour vous