Cuisine

Pourquoi le gin est-il revenu autant à la mode ?

Pourquoi le gin est-il revenu autant à la mode ?

© Michelle Arnold/EyeEm

21 oct. 2022 à 15:30Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Le gin : ou on adore ou on déteste. Souvent, ses arômes médicinaux en rebutent certains tandis que d'autres distinguent ces saveurs comme de sérieux atouts.

Facile à concevoir, il s'adapte à tous les terroirs

Le gin n'est pas en réalité une seule et unique adaptation britannique du jenever, une eau-de-vie néerlandaise aromatisée aux baies de genévrier datant du XVIe siècle. De l'alcool neutre à base de maïs, de seigle ou de malt d'orge, sinon avec de la mélasse à base de betterave ou de canne à sucre, le gin séduit par ses arômes de baies de genièvre, de coriandre et d'angélique. Voilà les trois ingrédients incontournables de la recette.

Pour le reste, le spiritueux ouvre un champ des possibles en termes de créativité et de choix de composants grâce à un cahier des charges qui n'existe quasiment pas. S'il existe de nombreux styles de gin (distillé, aromatisé, London gin), le spiritueux doit répondre à seulement trois règles : titré à au moins 37,5% d'alcool, contenir des baies de genièvre et être élaboré à partir d'un alcool neutre.

"En Angleterre, il existe quelque 6.500 gins mais en France, on en dénombre 400. En fait, des producteurs de Calvados ont eu l'idée de distiller une partie de leur breuvage pour faire du gin. Au final, chaque vignoble dispose quasiment de son propre gin : Provence, Paris, Biarritz... Tout le monde s'est mis à faire du gin parce que ce n'est pas très compliqué à concevoir", explique Alexis Vuong, Président de Spirit Beauties, une entreprise spécialisée dans la distribution de spiritueux artisanaux "qui ont une élaboration artisanale et une histoire à raconter".

Un gin made in Amazonie !

L'expert, qui a travaillé 27 ans chez Pernod Ricard, en a justement une belle à narrer avec Amazzoni Gin, le tout premier craft gin du Brésil. Deux amoureux du spiritueux blanc, à l'origine d'un club de dégustation dédié aux cocktails à base du breuvage, ont l'ambition en 2015 de mettre en lumière le terroir amazonien en sourçant localement des ingrédients afin d'aromatiser un élixir élaboré dans le premier alambic en cuivre du pays de Pelé. Cacao, noix brésilienne, racines de cipo cravo (d'habitude utilisées comme analgésique en médecine), feuilles géantes de nénuphars victoria regia mais aussi maxixe, une sorte de concombre...

On déguste le poumon vert du monde en une seule et même gorgée. C'est frais, c'est aromatique et cela réveille les papilles !

Les fondateurs de la première distillerie de gin du Brésil, un architecte italien installé à Rio de Janeiro (Arturo Isola) et un artiste brésilien (Alexandre Mazza), ont concrétisé leur projet dans une ancienne ferme à café datant du XVIIe siècle. L'ambition a payé : ils ont remporté plusieurs prix lors de la grand-messe mondiale des meilleurs gins (World Gin Awards).

Au-delà de l'hommage au terroir amazonien, les fondateurs ont aussi réussi le pari de faire du gin un alcool responsable. Si toutes les plantes utilisées lors de la fabrication sont naturelles, le breuvage est aussi conditionné dans des bouteilles de forme médicinale en verre recyclé. "Une partie des bénéfices sont reversés à une association basée en Amazonie dans un territoire aussi grand que le Portugal, qui soutient les tribus amazoniennes dans leur travail, et notamment les récoltes", explique le patron.

Un plaisir accessible aux non initiés

Disponible dans quinze pays, dont la France, le Danemark, la Grèce, l'Allemagne ou encore la Suède et Singapour, Amazzoni Gin est à l'image de cette nouvelle génération d'alcools blancs facile à déguster, qui ne demande aucune connaissance des spiritueux pour prendre du plaisir.

"Un gin est moins complexe à comprendre sur le plan aromatique. C'est un spiritueux qui se déguste avec un tonique, de préférence de qualité", confie Alexis Vuong. "Vous n'avez pas besoin de beaucoup de temps pour composer un gin tonic. On n'a même pas besoin de shaker"A la différence d'autres cocktails, il n'est pas utile de disposer de plusieurs spiritueux et de préparations pour vous servir un gin tonic. Lors de la saison estivale, les consommateurs se sont mis à chercher des alternatives rafraîchissantes au rosé. Le rituel de la dégustation du gin dans de grands verres ballons remplis de nombreux glaçons et d'un zeste de citron, a aussi participé à ce succès."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous