Icône représentant un article audio.

5 heures

Pourquoi le film "Close" de Lukas Dhont divise-t-il la critique en France ?

Comment Clovis Cornillac s’y est-il pris pour porter à l’écran cet autre roman best-seller de Pierre Lemaître ? Quand Taylor Swift chante en duo avec Lana Del Rey, ça donne quoi ? Pourquoi le cinéaste belge Lukas Dhont divise-t-il la critique en France avec Close ? Pourquoi Aaron Carter mérite-t-il bien un 'Salut l’artiste' ? Et comment Mylène Farmer parvient-elle à surprendre quand elle collabore avec Aaron ? Nicolas Bedos réussit-il son 4ème long-métrage Mascarade ? Pourquoi Garou joue-t-il plutôt qu’il ne chante Joe Dassin ? Et quelles jolies phrases chantées en français faut-il bien repérer dans le nouveau titre de Purple Palace ?

Réponses dans cet épisode de La semaine des 5 heures.

L'enfant prodige qui agace certains critiques Français

Close de Lukas Dhont est plébiscité partout. L'histoire d'une amitié qui se détériore, influencée par la propre expérience du cinéaste, "mais en ne sombrant jamais dans le nombrilisme" estime Hugues Dayez, transporte aussi par une réalisation épurée, appuyée plus par les jeux de regards que sur d'interminables dialogues. Le film reçoit autant les faveurs de la critique belge, le Grand Prix du jury du Festival de Cannes, que des nominations étrangères et a l'ambition d'être primé aux Oscars et pourtant... la critique française se montre quant à elle plus partagée. Pourquoi cette dissension ?

"Il est perçu comme l'enfant prodige qui reçoit trop de prix trop vite" analyse le critique cinéma de la RTBF, un peu comme l'a été le Québécois Xavier Dolan. Autre critique proférée à son encontre, le film tomberait dans le mélodramatique. "Ce qui gêne les critiques français est justement qu'on ne dit pas assez les choses, cela n'est pas assez axé sur le dialogue. En fait, dans le cinéma français, quand c'est bien dialogué, ils sont contents alors qu'ici on filme des images, des ambiances".

Loading...

Articles recommandés pour vous