RTBFPasser au contenu

Tendances Première

Pourquoi apprend-on mieux à l’école que partout ailleurs ?

Tous les apprentissages, y compris ceux qui sont liés au port du masque et au lavage des mains, sont enseignés de manière plus méthodique à l’école

Il est important, dans les temps compliqués que nous traversons pour le moment au niveau de l’école, de bien comprendre ce qu’est un apprentissage scolaire, ou apprentissage explicite. Et comment le port du masque ou le lavage des mains s’inscrit dans cette démarche méthodique. Explications avec Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l’UMons.

"L’apprentissage scolaire est un apprentissage qui est programmé, séquencé et qui est méthodique. N’importe quel parent ne pourra donc pas s’improviser enseignant. C’est un métier qui s’apprend, parce qu’à l’intérieur de l’école, on réalise des apprentissages qui sont d’une qualité supérieure, en ce qui concerne par exemple le fait d’apprendre méthodiquement quelque chose."

Ce n’est pas du tout lié à la faiblesse d’apprentissage des parents, c’est lié au contexte, précise Bruno Humbeeck. Si vous êtes un enseignant, que vous rassemblez les enfants autour de vous, ils deviennent spontanément des élèves et vous formez une classe. Si vous êtes un parent, vous pouvez rassembler des enfants autour de vous, ce seront toujours des enfants, parce que vous n’êtes pas un enseignant et qu’ils ne vont pas se mettre en situation d’apprendre de façon méthodique.

De quoi rassurer les parents sur le port du masque imposé aux enfants

C’est ce qui explique que l’école peut apprendre de façon plus méthodique à tenir un masque, nous dit Bruno Humbeeck. Des études montrent que les enfants de 6 ans mettent mieux leur masque que les enfants de 10 ans. Sans doute simplement parce qu’au niveau de l’école, on a pris plus de temps à leur apprendre pourquoi on met un masque, mais aussi comment on met un masque. Ils le font alors de façon beaucoup plus méthodique.

"C’est là que l’école exerce une fonction essentielle qui est celle de réaliser des apprentissages, de manière plus approfondie, plus sérieuse que dans l’environnement propre aux apprentissages implicites qu’est la famille. En famille, on va dire : mets ton masque. A l’école, on va dire : mets ton masque de cette manière-là, pour cette raison-là et on va prendre le temps de le faire dans un environnement le plus serein possible."

L’école a aussi la capacité de prévoir des moments de pause ritualisés, c’est la récréation : l’élève redevient un enfant fonctionnant dans un espace libre. Pendant ces moments, il va pouvoir retirer son masque, puis le remettre de façon correcte. Sur le plan pédagogique, ces moments de récréation où il peut respirer, souffler, sont vraiment salutaires.

L’école a des moyens dont les parents ne disposent pas pour pouvoir réaliser ces apprentissages explicites, parce que l’élève se met en situation d’apprendre des méthodes.

Le lavage des mains, on l’apprend aussi de façon méthodique à l’école, pour en faire un geste réellement protecteur. Lorsqu’on l’apprend en famille, on l’apprend de façon mécanique, usuelle, c’est juste un indice de bonne éducation. Mais lorsqu’on le fait à l’école, cela devient un support d’instruction, on le fait de façon méthodique et "c’est quelque chose de sérieux parce que madame me regarde".

Respecter les règles de l’école

Il est important que les parents respectent ce qui est fait à l’école, les règles particulières telles que lever le doigt ou porter le masque. Si l’enfant est alourdi par tout le bruit que l’on fait autour du port du masque, il va se demander comment il doit se comporter : doit-il obéir à ses parents ou aux règles de l’école ?

"Il faut toujours que les enfants comprennent qu’à l’école, ils ne doivent pas obéir à des personnes mais à des règles. Les règles qui sont fixées au sein de l’école. A partir de là, ce n’est pas du tout en faire des moutons ! Si vous êtes un parent anti-masque, […] vous devez pouvoir dire : à l’école il y a des règles différentes. Cela ne met pas en jeu vos valeurs, on a le droit de dire qu’on est anti-masque et qu’on est contre les lois du gouvernement pour le moment. On peut le faire, mais en respectant l’idée qu’à l’école, il y aura d’autres règles. […]"

Ce n’est pas en faire un enfant sage, mais en faire un enfant capable de sagesse, c’est-à-dire capable de s’extraire des bruits du monde pour rentrer dans un environnement, qui est l’environnement scolaire, où il apprendra avec plus de sérénité, parce qu’il y a une personne qui est désignée pour lui apprendre les choses de manière univoque.

C’est ça le principe des enseignants, souligne Bruno Humbeeck. Ce sont des personnes qui ne font pas de bruit, qui enseignent, qui prennent ce temps merveilleux d’expliquer pourquoi il faut faire les choses et comment les faire correctement.

Il y a un petit mot magique à toujours utiliser à l’école : c’est le mot 'ici'. Ici, les règles changent. Que ce soit au niveau du masque, que ce soit au niveau de la langue, du français normé utilisé à l’école ou du français courant à la maison.

"Ce n’est pas mettre l’enfant en porte-à-faux par rapport aux règles de l’école et de la famille, qui sont inévitablement différentes."

Ecoutez ici l’entretien complet avec Bruno Humbeeck

Tendances Première : Les Tribus

Pourquoi apprend-on mieux à l’école que partout ailleurs? Avec Bruno Humbeeck, psychopédagogue

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

09 mars 2022 à 12:08
4 min
19 janv. 2022 à 11:30
3 min

Articles recommandés pour vous