Regions Hainaut

Pour leurs déplacements, les Diables Rouges ne seront plus tout à fait belges

Klasjet : Polémique autour de l avion VIP des Diables

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce vendredi, les Diables Rouges s’envoleront depuis l’aéroport de Charleroi à destination de Saint-Petersbourg où ils affronteront la Russie le lendemain. Pour tous ses déplacements pendant cet Euro de football, l’équipe belge partira de et reviendra à l’aéroport de Charleroi et plus de Bruxelles-National. Mais si les Diables décolleront et atterriront encore en Belgique, ils perdront un peu de belgitude en voyageant à bord d’un avion d’une compagnie lituanienne. Fini donc le bel aéronef rouge de Brussels Airlines décoré aux couleurs de la Belgique et des Diables Rouges.

Un problème est toutefois soulevé par le quotidien La Libre aujourd’hui : cette société paie son personnel de bord bien en dessous des barèmes et pratiquerait le dumping social. L’Union Belge de football s’est, en fait, adressée à une société anversoise qui lui a dégoté, pour les Diables, cette compagnie spécialisée dans les déplacements aériens de personnalités. La situation est dénoncée par les syndicats qui réagissent à l’appel d’offres et au dumping social.

Franck Moreels de la Fédération Européenne des Travailleurs du Transport ne cache pas son amertume : "Nous sommes en fait très déçus que les Diables Rouges voyagent avec une société qui est connue pour pratiquer le dumping social. Au lieu de faire le choix pour une société comme SN Brussels Airlines par exemple qui respecte quand même la législation belge. Ils ont fait le choix pour un transporteur lituanien qui est connu pour ne pas respecter les mêmes règles."

La compagnie lituanienne propose un salaire situé entre 540 et 1300 euros brut par mois pour une hôtesse ou un steward. En Belgique, le salaire est de 1800 euros brut minimum pour ce même personnel. Klasjet, c’est le nom de la société qui est basée à Vilnius, est spécialisée dans les jets privés pour le transport de VIP et d’autres équipes de foot comme l’AC Milan.

Didier Lebbe, secrétaire permanent du syndicat CNE, s’indigne : "Je n’oserais pas imaginer l’équipe de France prendre un autre avion qu’Air France. J’imagine que s’ils font ce choix-là, le gouvernement français interviendrait directement en disant qu’il faut prendre un avion français. C’est tout à fait surréaliste : c’est la Belgique, quoi !"

La Fédération belge de football reconnaît que seul le confort des joueurs a compté dans son choix : il fallait notamment des sièges couchés et un avion disponible à la demande pendant un mois. 
Pour l’instant, la fédération ne répond pas directement à ces interpellations mais elle promet d’au moins étudier la question.

Articles recommandés pour vous