RTBFPasser au contenu
Rechercher

Cinéma

Poltergeist, 40 ans d’horreur et surtout… de malédiction

On lui avait dit à Carol-Anne de ne pas regarder la télé d’aussi près
07 juin 2022 à 12:29Temps de lecture3 min
Par Nicolas Buytaers

Sorti le 4 juin 1982, les esprits de "Poltergeist" ont marqué les nôtres. Petit retour sur ce classique du film d’horreur…

Ne réglez pas le téléviseur. Votre réception est bonne. Mais dans leur nouvelle maison de banlieue, la famille Freeling s’est branchée sur quelque chose qui va au-delà de notre monde…

Le spot publicitaire de l’époque ne pouvait pas mieux résumer l’intrigue de "Poltergeist" de Tobe Hooper (le réalisateur de "Massacre à la tronçonneuse"), produit par Steven Spielberg (le réalisateur de… oui, enfin, pas besoin de préciser). À l’heure où on ne parle plus que de la quatrième saison de "Stranger Things", il est temps de revenir à la base, à l’origine, aux fondamentaux… là où tout a commencé… "Poltergeist". Sorti il y a 40 ans déjà (c’était le 4 juin 1982), ce fantastique (au propre comme au figuré) film d’horreur a marqué les esprits et nous avait emmenés dans un autre monde, à l’envers, en bas, chez des morts… bien vivants !

Loading...

Mais reprenons tout depuis le début. Tout commence comme dans une comédie typique des années 80 avec un plan séquence réalisé dans les rues d’une petite ville de province, un quartier de banlieue plutôt cossu avec ses maisons qui se ressemblent toutes, comme dans "E.T., l’extraterrestre" (sorti en salles quelques semaines plus tôt). Vous savez ces rues où des gamins roulent en BMX sans se soucier des voitures qui arrivent en face. Soyez les bienvenus à Cuesta Verde ! La famille Freeling vient d’emménager dans l’une de ses maisons. Et pour elle, c’est la belle vie. Enfin presque car Carol-Anne, la cadette, semble étrangement attirée par la télévision. Elle n’a même pas 10 ans donc quoi de plus normal pour cette génération élevée devant la petite lucarne avec ses nombreux dessins animés. En fait non, la petite est obnubilée par la neige de l’écran, le grésillement anormal d’une rupture de programme. Pire encore, elle annonce à ses parents…

Ils sont là…

C’est qui ce ils ? Qui est là ? Ils, les esprits à l’origine d’événements chelous comme cet arbre du jardin qui semble prendre vie, ce placard dans la chambre de Carol-Anne qui l’aspire dans on ne sait quel monde, cette télé à travers laquelle la Bête s’exprime ! Attention spoil… C’est quand ils découvrent que leur quartier a été construit sur les restes d’un cimetière indien que les parents Freeling deviennent fous de rage et tentent de sauver leurs enfants !

Et dire que les Freeling étaient si contents de leur nouvelle maison
Et dire que les Freeling étaient si contents de leur nouvelle maison (Amblin Productions)

Je vous l’écrivais plus haut, "Poltergeist" démarre comme une comédie familiale (à la Spielberg, normal) puis le film vire au fantastique avant de sombrer dans l’horreur (à la Tobe Hooper, classique). Et tout cela avec maestria et des effets spéciaux maîtrisés (pour l’époque). Par contre, ce qui n’a pas été maîtrisé par la suite ce sont les drames qui ont endeuillé l’équipe de tournage. Il y en a eu tellement, qu’à l’époque (et aujourd’hui encore), on évoquait une réelle malédiction, de réels poltergeists ou en VF dans le texte (car c’est de l’allemand à la base) de réels esprits bruyants ("poltern" pour "faire du bruit" et "geist" pour "esprit"). En effet, déjà pendant le tournage, l’acteur Oliver Robins (l’un des enfants Freeling) a failli mourir étouffé par une marionnette. Après le tournage, l’actrice Dominique Dunne (la fille aînée des Freeling) a été retrouvée morte après avoir été étranglée par son petit ami. Quant à Heather O’Rourke (Carol-Anne dans le film), elle est décédée à 12 ans à la suite d’une opération chirurgicale qui a mal tourné.

Clown tueur ou accident de tournage ? Hasard ou malédiction ?
Clown tueur ou accident de tournage ? Hasard ou malédiction ? (Amblin Productions)

Comment expliquer cette malédiction ? Les plus complotistes racontent que la production du film n’aurait jamais dû utiliser de véritables cadavres pour la scène de la piscine. Et que les esprits de ceux-ci se seraient vengés. Comment ça de véritables cadavres ? Oui, dans le film, alors qu’il pleut des cordes sur Cuesta Verde, la piscine que sont en train de creuser les Freeling se remplit de boue… et des cadavres sortent de terre. C’est aussi comme cela qu’on comprend que la cité (et plus particulièrement leur maison) a été construite sur un ancien cimetière indien (réellement désolé pour le spoil). Pour donner plus de crédit à cette scène, la production a acheté de vrais squelettes humains à une entreprise de fournitures médicales (pardon pour l’euphémisme) car, à l’époque, cela coûtait moins cher que d’en fabriquer de faux !

Vrais acteurs et surtout vrais cadavres…
Vrais acteurs et surtout vrais cadavres… (Amblin Productions)

Si la malédiction Poltergeist a encore étrangement frappé les tournages des épisodes 2 et 3 de la saga (sortis respectivement en 1986 et 1988) avec un exorcisme de plateau et d’autres décès suspects, il est intéressant de noter que pour le remake du film en 2015, produit par Sam Saimi, tout s’est normalement déroulé !

Loading...

Sur le même sujet

Dalida, une icône, un mythe, une légende

Viva +

Rocky III aurait dû être le dernier de la saga

Cinéma

Articles recommandés pour vous