RTBFPasser au contenu

Politique agricole commune: le steak végétarien menacé?

Un burger à base de légumes est-il un vrai burger? La question fait débat au Parlement européen dans le cadre des discussions sur la future politique agricole commune.
21 oct. 2020 à 12:50 - mise à jour 21 oct. 2020 à 12:503 min
Par F.C. avec Olivier Hanrion

Un burger végétarien à base de légumes est-il encore un burger ? Et une saucisse végétarienne au Tofu peut-elle encore s’appeler saucisse ? C’est un des points âprement discutés cette semaine dans le cadre des débats autour de la future politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne.

Cette nuit les 27 ministres européens de l’Agriculture ont réussi à dégager un compromis au bout de deux jours et deux nuits de discussion. Réunis en sommet à Luxembourg, ils se sont mis d’accord sur une réforme de la politique agricole commune qui, selon eux, sera marquée par des règles environnementales plus contraignantes

"Nous sommes arrivés à un accord crucial", avec un "bon équilibre" répondant aux "aspirations d'une PAC plus verte, plus juste et simplifiée", a déclaré la ministre allemande de l'Agriculture Julia Klöckner (CDU).

Un jour sombre pour l’environnement

Mais pour les ONG qui suivent de près les débats, l’appréciation est toute autre. Elles dénoncent les accords auxquels sont parvenus les ministres de l'Agriculture. Elles les jugent incompatibles avec les engagements pris par l'UE.

"C'est un jour sombre pour l'environnement (...)  La transition vers une agriculture écologique est désormais en jachère", a réagi Bérénice Dupeux, de l'European Environmental Bureau, dénonçant l'adoption d'"objectifs économiques contradictoires". 

Dans le viseur notamment le seuil jugé trop bas réservé aux écorégimes, un système de primes aux agriculteurs pour leur participation à des programmes environnementaux. Les Etats membres ont décidé que ces écorégimes représenteraient 20% des aides qu'ils recevront. Mais le débat n'est pas fini. C'est au tour des députés européens de donner leur avis. Et ils font l'objet d'un lobby intense.

"Un steak, c’est un steak !"

D'un coté, il y a ceux qui veulent que la nouvelle politique agricole commune soit vraiment plus verte en prenant en compte les objectifs européens de neutralité carbone ou de réduction de moitié des pesticides dans les 10 prochaines années. De l'autre, il y a ceux qui craignent que ces mesures ne grèvent la compétitivité de l'agriculture européenne et alourdissent la charge des exploitants. Au milieu, il y a les députés qui vont devoir faire des choix, des arbitrages sur les 1400 amendements qui ont été déposés. 

Un steak, c’est un steak ! Un burger, c’est un burger ! Et une galette végétalienne, c’est une galette.

Et parmi ces amendements, il y en a un qui fait beaucoup parler de lui : l'interdiction d'appeler burger ou saucisse des produits qui ne contiennent pas de viande. En clair que les burgers ou les saucisses "veggie" ne s’appellent plus burgers ou saucisses. Un point de vue défendu par Jean-Pierre Fleury, de la COPA COGECA, la coupole européenne des syndicats agricoles. 

"Un steak, c’est un steak ! Un burger, c’est un burger ! Et une galette végétalienne, c’est une galette, lance-t-il un peu fâché. Nous ne sommes pas opposés par principe aux produits veggie. Ce n’est pas le sujet. Le sujet, c’est le mensonge, la tromperie des consommateurs".

Veni, Vedi, Veggie  

De son côté, l'industrie agroalimentaire soucieuse de préserver un filon dans lequel s'engage de plus en plus de consommateur a lancé une pétition pour conserver l’appellation "burger" ? Ce qui fait bondir Jean-Pierre Fleury. "Pourquoi est-ce que des grandes entreprises comme Unilever veulent absolument faire appeler 'burger', un produit végétalien sec alors que tout le monde sait que c’est une galette ?  On sait que ces entreprises disposent d’un puissant marketing mais, pour moi, cela s’appelle une tromperie ou un mensonge. Cela porte atteinte à l’histoire de l’agriculture européenne et en particulier de son élevage. "

Loading...

Le débat est lancé, aux instances européennes de trancher. En attendant Jean-Pierre Fleury se réjouit du vote de cette nuit. "On attend de voir parce que le diable se cache dans les détails. Il y a eu aussi eu des discussions du côté du Parlement européen. Maintenant on va rentrer dans la partie la plus fragile que sont les trilogues. Donc entre le texte de la Commission, entre les remarques du parlement européen et entre la position du Conseil, je pense qu’il y a encore des choses qui vont évoluer. Les positions sont prises. C’était très important que le Conseil des ministres se mettent d’accord sur une politique agricole commune. Maintenant on va rentrer dans les détails."

Le vote est prévu ce jeudi dans l'hémicycle. Quant à la position finale des députés sur la PAC, elle n'est pas attendue avant la fin de la semaine.

Succès du burger sans viande: sujet du JT du 14/11/2019

Le succès du burger sans viande

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

21 oct. 2021 à 18:08
1 min

Articles recommandés pour vous