RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Podcast : Amadeus de Milos Forman, entre trahison biographique et misogynie, la grâce opère-t-elle toujours ?

Amadeus de Milos Forman
18 févr. 2022 à 14:01Temps de lecture4 min
Par Céline Dekock d'après le podcast Dans le boudoir de Norman Bates

Ce vendredi 18 février 2022, le réalisateur Milos Forman – décédé en 2018 – aurait eu 90 ans. Et à cette occasion, nous vous proposons de revenir sur l’un de ces films, emblématiques pour tous les amoureux de la musique classique, Amadeus, qui romance la soi-disant rivalité entre les compositeurs Salieri et Mozart.

Le podcast Dans le boudoir de Norman Bates propose une discussion entre quatre passionnés de cinéma, autour d’un film choisi. L’un des épisodes est consacré à Amadeus de Milos Forman. Au micro, vous retrouverez Camille De Rijck, mais également Neirie Nguyen, Edouard Brane et Edouard Meier. Ensemble, ils discutent du film Amadeus réalisé en 1984 par Milos Forman, autour de cette question : "entre trahison biographique et misogynie, la grâce opère-t-elle toujours ?"Trahiso

Loading...

Aux sources d’Amadeus

Le film Amadeus réalisé par Milos Forman et sorti en 1984 est ce que l’on appelle aujourd’hui communément un "biopic", un film retraçant l’histoire d’un personnage célèbre, en l’occurrence ici Mozart.

Si Mozart est au centre de ce film, il n’est pas seul puisque Milos Forman a voulu dépeindre dans son film la relation conflictuelle "fictionnalisée" entre le génie salzbourgeois et un autre compositeur, Antonio Salieri. Amadeus a d’ailleurs popularisé cette fameuse légende selon laquelle Salieri était jaloux du succès de Mozart et a été à l’origine de la mort de ce dernier.

En effet, parmi les légendes qui planent autour de Mozart, la plus célèbre est certainement celle de son assassinat par Salieri, qui aurait commandé à Mozart un Requiem alors qu’il savait le compositeur à bout de forces. Nous savons aujourd’hui qu’il n’en est rien, que Salieri n’était pas le commanditaire de ce fameux Requiem et que Mozart n’a pas été assassiné mais est mort des suites de plusieurs maladies.

Mais d’où vient cette légende de la rivalité entre Salieri et Mozart, accentuée et portant sur grand écran par Milos Forman ?

Si nous remontons à contre-courant la source d’Amadeus, nous tombons tout d’abord sur la pièce de théâtre éponyme de Peter Schaffer, dont le film de Milos Forman est l’adaptation cinématographique. En effet, Milos Forman est allé voir la pièce de Schaffer à Londres et, bien qu’il l’ait trouvé trop lente et trop longue, il a très vite perçu le potentiel cinématographique de cette histoire de rivalité entre deux grands compositeurs. Durant des mois, Milos Forman et Peter Schaffer se sont retirés pour écrire le scénario d’Amadeus.

Orion / Getty Images

Mais cette biographie romancée de Mozart, Peter Schaffer ne l’a pas inventée de toutes pièces. Il s’est inspiré d’une autre pièce de théâtre, Mozart et Salieri, écrite en 1830 par Alexandre Pouchkine. Dans cette pièce, nous retrouvons déjà cette thématique de la rivalité entre les deux compositeurs, dont la légende s’était formée quelque temps après la mort de Salieri. Et pour compléter les sources, notons également que la pièce de Pouchkine a également inspiré un opéra, intitulé lui aussi Mozart et Salieri, et composé par Rimski-Korsakov.

Mais la question que l’on s’est tous posé lorsqu’on a regardé Amadeus de Forman, lorsque nous étions enfants, c’est bien celle-ci : est-ce que cette histoire est vraie ? Salieri était-il vraiment jaloux de Mozart ? Existait-il réellement une rivalité entre les deux hommes ? Salieri a-t-il réellement tué Mozart ?

Cette question de la trahison biographique est longuement abordée dans le podcast Dans le boudoir de Norman Bates ci-dessus.

Trahison biographique

Contrairement à ce dont nous ont habitués les nombreux biopics qui ont fleuri depuis quelques années, Amadeus de Milos Forman est bel et bien une biographie romancée de Wolfgang Amadeus Mozart.

Le film s’ouvre sur la tentative de suicide d’Antonio Salieri qui, à l’article de la mort, se confesse et avoue avoir tué Mozart. Le film nous plonge alors dans les dernières années de la vie du compositeur salzbourgeois, lorsqu’il décide de s’affranchir de la tutelle du Cardinal Colloredo. Mais ce que nous raconte Milos Forman, ce sont, comme l’explique Camille De Rijck dans le podcast, des "faits alternatifs", il crée une "réalité parallèle", se détournant de la réalité historique.

Ce lundi 21 février, vous découvrirez une nouvelle série de vidéos, intitulée Interlude, dans laquelle Valentine Jongen analyse la relation entre l’opéra et le cinéma. Le premier épisode de cette série est consacré à Amadeus. Valentine y analysera les différents éléments du film qui s’éloigne de la vérité historique.

© Tous droits réservés

La musique, troisième personnage du film

Comme l’explique Edouard Brane, la bande originale d’Amadeus est devenue culte, puisqu’elle rassemble tous les plus grands tubes de Mozart, de ses concertos pour piano à ces derniers opéras comme Don Giovanni et La Flûte enchantée, en passant par ses symphonies 25 et 29.

"C’est une très belle entrée dans le monde musical de Mozart", nous explique Edouard Brane. Il faut savoir que Milos Forman a construit son film autour de la musique de Mozart, chaque scène est pensée en fonction du placement de la musique.

Le film a-t-il mal vieilli ?

Il y a assurément des éléments du film qui ont mal vieilli, selon Camille De Rijck, qui pointe le caractère "puissamment misogyne" du film. Dans les œuvres de Mozart, les femmes ont un rôle prépondérant. Et dans le film de Forman, la représentation des trois personnages féminins de l’intrigue est tout sauf positive, puisqu’on retrouve l’épouse de Mozart, Constance, sous les traits d’une femme avide qui ne pense qu’à l’argent, la belle-mère de Mozart est représentée comme une harpie détestable tandis que la soprano Katharina Cavalieri est dépeinte comme une femme légère qui veut coucher avec tout le monde.

Retrouvez encore plus de détails dans le podcast Dans le boudoir de Norman Bates.

Loading...

Sur le même sujet

Requiem de Mozart : l’histoire de sa composition racontée en vidéo animée

Journal du classique

Quelle est la seule œuvre de Mozart dans la tonalité de Mi mineur ?

Telle est la question !

Articles recommandés pour vous