Plusieurs mandats d'arrêt contre les dirigeants de Sky ECC aux Etats-Unis

Pour la justice américaine, la société qui vantait les mérites de ses communications sécurisées est une entreprise criminelle qui a facilité la distribution de stupéfiants à travers le monde

© Tous droits réservés

13 mars 2021 à 11:13 - mise à jour 13 mars 2021 à 12:00Temps de lecture2 min
Par Sébastien Georis

Le département de la Justice aux Etats-Unis annonce la mise en examen de dirigeants de la société canadienne Sky Global, maison mère de SKY ECC. Ils sont poursuivis pour "avoir participé sciemment et intentionnellement à une entreprise criminelle qui a facilité l’importation et la distribution transnationales de stupéfiants par le biais de la vente et service de dispositifs de communication cryptés".

Mardi, l’enquête menée en Belgique à propos de SKY ECC avait donné lieu à une opération de police d’ampleur inédite sur notre territoire avec plus de 200 perquisitions menées de manière simultanée, principalement à Anvers. L’opération visait surtout les distributeurs d’appareils cryptés que les autorités ont réussi à infiltrer, mettant au jour des centaines de millions de messages échangés entre criminels. Cette enquête est le fruit d’une intense coopération internationale.

Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral, confirme à la RTBF que la justice belge était en contacts étroits avec les autorités judiciaires américaines depuis plusieurs semaines.

Aux Etats-Unis, des mandats d’arrêt sont désormais émis à l’encontre de Jean-François Eap, PDG de Sky Global, et Thomas Herdman, distributeur d’appareils conçus par la société.

Le PDG de l'entreprise, visé par un mandat d'arrêt
Le PDG de l'entreprise, visé par un mandat d'arrêt © Tous droits réservés

Des centaines de millions de dollars de bénéfices

Selon l’acte d’accusation, les téléphones fournis par l’entreprise sont " spécifiquement conçus pour empêcher les forces de l’ordre de surveiller activement les communications entre les membres d’organisations criminelles transnationales impliquées dans le trafic de drogue et le blanchiment d’argent ".

Plus précisément, l’entreprise aurait facilité l’importation, l’exportation et la distribution d’héroïne, de cocaïne et de méthamphétamine en Australie, en Asie, en Europe et en Amérique du Nord, y compris aux États-Unis.


►►► Lire aussi : Qu’est-ce que SKY ECC, le réseau de communications infiltré par la police ?

 

Selon la justice américaine, Sky Global a généré des centaines de millions de dollars de bénéfices en facilitant l’activité d’organisations criminelles. Les employés de Sky Global auraient utilisé des cryptomonnaies pour faciliter les transactions illégales, pour protéger l’anonymat des clients et pour faciliter le blanchiment des gains.

Mercredi, dans un communiqué publié sur son site, la plateforme de messagerie niait être une organisation criminelle. Selon SKY ECC, une "fausse application de phishing présentée à tort comme SKY ECC" aurait été installée sur des téléphones qui ont par la suite été vendus via "des canaux non autorisés".

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Articles recommandés pour vous