RTBFPasser au contenu

"Plusieurs commerçants envisagent de fermer", rapporte Comeos à propos des pertes lors du premier jour de shopping sur rendez-vous

"Plusieurs commerçants envisagent de fermer", rapporte Comeos à propos des pertes lors du premier jour de shopping sur rendez-vous
28 mars 2021 à 14:45 - mise à jour 28 mars 2021 à 14:452 min
Par RTBF avec Agences

Les commerces dits non-essentiels ont du mal à garder le sourir, un jour après leur première journée à portes semi-ouvertes. Depuis ce samedi 27 mars, ils sont contraints de ne plus accueillir leur clientèle que sur rendez-vous en vertu d'une mesure des autorités belges pour freiner la flambée de l'épidémie de coronavirus, qui impacte notamment les unités de soins intensifs du pays. L'impact de cette décision est "dramatique", estime Comeos, qui représente les commerçants et prestataire de services.

Dans les rues commerçantes comme dans les centres commerciaux, le chiffre d'affaire des magasins qui accueillent désormais uniquement les personnes ayant pris rendez-vous aurait chuté de 60 à 85% par rapport à une journée traditionnelle. Il s'agit de la conclusion d'une enquête de la fédération du commerce et des services. Les plus impactés sont les magasins situés dans des galeries, en intérieur même si rien n'indique pourquoi ils sont moins plébiscités lorsqu'il s'agit d'aller faire ses emplettes sur rendez-vous.


►►► À lire aussi Cet ingénieur met à la disposition des commerces non-essentiels une appli qui permet au client d'obtenir leur rendez-vous devant la porte d'entrée


13.000 emplois menacés

Pire, Comeos estime même que ces chiffres sont aussi durs à encaisser pour les commerçants qu'une troisième fermeture, sauf qu'ici, les aides qui leur sont apportées par le pays sont bien moindres. "Le gouvernement doit assumer sa responsabilité en soutenant les commerçants", estime ce dimanche l'administrateur délégué de Comeos, Dominique Michel. "Concrètement, nous demandons une exonération de l'ONSS pour le deuxième trimestre et une contribution aux frais fixes de tous les commerçants, petits et grands", ajoute-t-il.

Comeos avait déjà calculé que le coût de ces nouvelles mesures pour l'ensemble du secteur s'élèverait à 1 milliard d'euros de pertes de chiffre d'affaires. Plus de 13.000 emplois sont également menacés.


►►► À lire aussiClick & Collect ou rendez-vous, liste des commerces essentiels : voici les règles à respecter


Mais selon les commerçants, cela ne présage rien de bon pour la suite car ces mesures doivent s'étaleront jusqu'au 25 avril. "Si le premier samedi est indicatif des semaines à venir, plusieurs commerçants envisagent de fermer", pointe enfin l'enquête de la fédération. Alors cette première journée est-elle significative de celles qui se profilent ? Pour l'instant rien ne permet de l'affirmer et la semaine prochaine sera certainement un test plus parlant pour savoir si tous ces magasins ont de bonnes raisons de s'inquiéter.

Reportage sur le peu d'affluence dans les magasins ce samedi 27/03/2021 :

Commerces non essentiels : très peu de clients ce samedi

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous