RTBFPasser au contenu

C'est vous qui le dites

Plusieurs candidats à l’élection présidentielle française appellent aux dons : comprenez-vous cet appel à l’aide ?

Plusieurs candidats à l’élection présidentielle française appellent aux dons : comprenez-vous cet appel à l’aide ?

Plusieurs candidats à l’élection présidentielle française appellent aux dons. Ils sont actuellement deux à demander de l’argent pour rembourser leurs frais de campagne, Yannick Jadot et Valérie Pécresse. Dans les deux cas, ils misaient sur la règle française qui fait qu’au-delà de 5% des votes, les frais de campagne sont pris en charge par l’état avec une limite qui correspond à un peu moins de 50% du montant maximum autorisé au premier tour. Dans le cas de la candidate LR, Valérie Pécresse, c’est un total de 7 millions d’euros qui a été dépensé, dont 5 engagés personnellement. Elle a ouvert une cagnotte en ligne pour recevoir l’argent qu’elle doit rembourser avant le 15 mai.

Vous comprenez cet appel à l’aide ? Cest la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

AFP or licensors

"Si j’étais Français, je ne les aiderais pas"

Raphaël, un auditeur de Liège, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "C’est culotté de réclamer des dons face à la télévision française et même face au monde entier, d’autant plus qu’elle a quand même un certain patrimoine. Lors de la prochaine campagne, les politiciens n’ont qu’à aller à la banque et demander un montant en fonction de leur patrimoine."

On a l’impression que pour elle, c’est l’équivalent de 1000 euros

"Demander aux citoyens qui ont déjà du mal à boucler leur fin de mois, c’est juste honteux. S’ils ont déjà du mal à gérer leurs finances, comment pourraient-ils gérer un pays ? Si j’étais Français, je ne les aiderais pas."

AFP or licensors

"C’est un risque que le parti a voulu prendre"

Depuis Tournai, Laurent nous partage son avis : "Une campagne présidentielle, c’est un peu comme jouer à la Bourse, il y a des risques et il faut les assumer. Vu les sondages, elle ne pensait certainement pas arriver à cela. Mais depuis le début de la campagne, on les met perdants. Si j’étais Français, je ne participerais jamais à cet appel aux dons. C’est un risque que le parti a voulu prendre, il faut trouver des financements maintenant."

Getty Images

"Elle n’a pas à faire un appel aux dons"

Le débat s’achève sur les mots de Marie-Louise à Schaerbeek : "J’estime que lorsqu’on est sur une liste électorale, on sait très bien à quoi on s’engage. Elle savait qu’elle prenait des risques. Maintenant, il faut qu’elle assume avec le parti. Mais cet appel ne devrait pas se faire."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

21 avr. 2022 à 09:32
2 min
20 avr. 2022 à 09:25
2 min

Articles recommandés pour vous