RTBFPasser au contenu
Rechercher

Athlétisme

Plus fort, plus dur, plus long que le décathlon, voici l'icosathlon

Frédéric Xhonneux
26 sept. 2014 à 12:10Temps de lecture2 min
Par cha

Vous n'en avez jamais entendu parler ? C'est normal, l'épreuve est rarement organisée. "Eikosi" veut dire "vingt", en grec. Donc l'icosathlon, ce sont 20 disciplines, à faire en 2 jours. On parle aussi de "double décathlon", mais cela peut prêter à confusion, et laisser croire que les sportifs enchaînent 2 décathlons. Ici, ce sont bien 20 épreuves différentes...

Les épreuves du décathlon : 100 mètres, saut en longueur, lancer du poids, saut en hauteur, 400 mètres, 110 mètres haies, lancer du disque, saut à la perche, lancer du javelot, 1500 mètres.

Les épreuves de l'icosathlon : 100 mètres, saut en longueur, 200 mètres haies, lancer du poids, 5000 mètres, 800 mètres, saut en hauteur, 400 mètres, lancer du marteau, 3000 mètres steeple, 110 mètres haies, lancer du disque, 200 mètres, saut à la perche, 3000 mètres, 400 mètres haies, lancer du javelot, 1500 mètres, triple saut, 10.000 mètres. Toutes les épreuves officielles de l'athlétisme en stade sont au programme, toutes celles qui sont organisées dans les grands championnats.

Le Belge Frédéric Xhonneux a pris part récemment à un icosathlon, à Delft, aux Pays-Bas. Avec 13.099 points, il a battu le record de Belgique, et il a établi la 5e meilleure performance mondiale de tous les temps.

Est-on fou, quand on décide de se lancer dans une telle entreprise ? "Je suis fou d'athlétisme, oui, et donc cette épreuve était faite pour moi. Un décathlon, c'est très complet, mais on n'aborde pas beaucoup les disciplines d'endurance. Et je me rends compte que l'icosathlon, c'est finalement ma meilleure épreuve, parce que je suis bon en longues distances et au triple saut, qui ne sont pas dans le déca."

Pour l'anecdote, 18 athlètes ont pris part à l'icosathlon de Delft, dont un Finlandais, celui qui a inventé la discipline, en 1982. "C'était sympa, j'ai pu aller le remercier, et parfois pester contre lui, quand j'étais vraiment crevé. Il a trouvé un chouette jeu, et maintenant il y a des fous qui s'amusent à y participer."

Et on en sort comment, de ce "chouette jeu" ? "On en sort épanoui, heureux de l'avoir fait, mais aussi KO, avec des jambes dans un état affreux. Le lendemain, j'avais beaucoup de mal à marcher, et j'ai hésité à prendre des béquilles."

Pourrait-on un jour voir un icosathlon aux Jeux Olympiques ou dans un championnat du monde ? "J'aimerais bien, mais je ne pense pas qu'il vont ajouter ça au programme, parce que ça dure très longtemps, et il est difficile de médiatiser 20 épreuves à la suite. Il n'y a sans doute pas d'avenir à ce niveau-là; cela devrait rester une discipline "underground", destinée aux passionnés. En revanche, le décathlon en une heure, qui existe déjà, pourrait avoir un bel avenir, parce que c'est très spectaculaire..."

Ecoutez l'intégralité de l'interview de Frédéric Xhonneux...

Christine Hanquet