Belgique

Plus de 5000 personnes manifestent à Bruxelles contre le conflit à Gaza

Aucune organisation n'a appelé à tenir cette manifestation", indique un des initiateurs de la marche.

© Belga

19 juil. 2014 à 12:54 - mise à jour 19 juil. 2014 à 17:57Temps de lecture3 min
Par Belga News

Selon une première estimation provisoire, on dénombrait au moins 5000 manifestants mais ils pourraient être plus nombreux à démontrer leur soutien au peuple palestinien, victime depuis plusieurs jours de bombardements intensifs et d'une offensive terrestre de la part d'Israël. Les manifestants demandent que cesse le conflit mais aussi l'occupation par Israël des territoires palestiniens.

"Ce conflit n'a pas débuté en 2014 ou en 2012, quand on a dénombré 174 morts. Il n'a pas non plus débuté en 2008, quand 1330 personnes ont été tuées, ou en 2006, quand 402 personnes ont perdu la vie. Le conflit n'a pas non plus commencé en 1967, mais bien en 1948 avec l'occupation d'un territoire qui appartient historiquement au peuple palestinien. Nous ne haïssons pas les Juifs, seule l'élite sioniste qui a provoqué le conflit et le maintient", explique un manifestant.

"Aucun mouvement ni aucune organisation n'a appelé à tenir cette manifestation", indique Nordine Saïdi, un des initiateurs de la marche. "C'est une manifestation de citoyens, qui s'opposent à l'agression de l'armée israélienne, qui tue des enfants, détruit des écoles, des hôpitaux, des mosquées, des universités, des puits d'eau et des terres agricoles."

A la fin de la manifestation qui a mené les participants de la Place Roupe à la place de l'Albertine, un groupe d'une centaine d'agitateurs a fait déraper cette manifestation où beaucoup de familles étaient présentes dans le calme. Un drapeau israélien et un drapeau américain ont été brûlés, des manifestants ont scandé des slogans tels que "mort aux Juifs", des jeunes ont grimpé sur des véhicules et les vitres de plusieurs voitures ont été brisées. D'après la police ce groupe n'a rien à voir avec la manifestation. Le contact avec les organisateurs et les manifestants (5270 personnes selon la police) s'est très bien passé. La manifestation n'avait pas été interdite... mais pas autorisée non plus, les organisateurs n'ayant introduit aucune demande officielle. 

La station de métro Gare centrale, dans le centre de Bruxelles, a été fermée brièvement, entre 16h45 entre 17h15, sur ordre de la police, a-t-on appris samedi auprès de la STIB.

"La responsabilité du bourgmestre engagée" selon le président de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme

Les incidents survenus en marge de la manifestation sont entièrement la responsabilité du bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur, a indiqué Joël Rubinfeld, le président de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme (LBCA). Selon la Ligue, lors de ces incidents, il n'y a pas seulement eu des slogans appelant à tuer des Juifs, mais un couple a également été agressé, couple dont les agresseurs pensaient, à tort, qu'ils étaient Juifs. "Nous avons averti le bourgmestre à plusieurs reprises" que de tels incidents pouvaient se produire, insiste Joël Rubinfeld. "Nous avons eu à quatre reprises des contacts avec lui. Deux fois par téléphone, deux fois par e-mail. A chaque fois, nous l'avons prévenu qu'il y avait un risque qu'une telle manifestation tourne mal et soit le prétexte à des incidents dirigés contre les Juifs. Le bourgmestre n'a jamais voulu prendre une position claire, tout comme il n'a pas voulu choisir d'autoriser ou d'interdire cette manifestation. Ce qui s'est produit cet après-midi est donc aussi entièrement de sa responsabilité."

Selon Joël Rubinfeld, la manifestation aurait dû être interdite. "A Paris et dans d'autres villes, cela a été le cas", indique-t-on. "Pour cette manifestation il n'y avait pas eu d'autorisation. La Ville de Bruxelles aurait dû faire respecter l'Etat de droit et l'interdire. Elle n'a pas voulu le faire et la conséquence est qu'il y a eu des dégradations, des slogans racistes ont été scandés, il y a eu des appels à tuer des Juifs et des personnes ont été agressées physiquement. Quelques semaines après l'attaque du Musée Juif, c'est plus qu'inquiétant."

La LBCA étudie actuellement quelles mesures elle pourrait prendre, ajoute son président.

Belga

Manif pro-palestinienne à Bruxelles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Gaza: Abbas et Mechaal veulent l'arrêt de "l'agression israélienne"

Monde

Articles recommandés pour vous