RTBFPasser au contenu

Societe

Plus de 50% des bébés actuels atteindront 100 ans

Plus de 50% des bébés actuels atteindront 100 ans
01 oct. 2009 à 19:071 min
Par Belga/RTBF

Selon une étude conduite par le Pr Kaare Christensen, de l'Université du sud-Danemark à Odense, et publiée par the Lancet, l'augmentation de l'espérance de vie a été d'environ 30 ans au XXème siècle en Europe occidentale, en Amérique du Nord ou en Australie, voire davantage au Japon et dans certains pays comme l'Espagne et l'Italie.

La probabilité d'une survie jusqu'à 90 ans des personnes âgées de 80 ans était en 1950 de 15 à 16% pour les femmes et de 12% pour les hommes. En 2002, elle était respectivement de 37% et 25%. Au Japon, le pays où l'on a le plus de chances de vivre longtemps, elle dépasse aujourd'hui 50% chez les femmes.

Au vu des taux de décès, il apparaît que 3 bébés sur 4 nés dans des pays riches devraient pouvoir vivre au moins jusqu'à 75 ans, même si les conditions de santé moyennes de la population ne s'améliorent pas. Et si elles s'améliorent au même rythme qu'au cours des deux derniers siècles, la plupart de ces enfants devraient pouvoir atteindre 100 ans.

Les chercheurs déduisent que "des vies très longues sont probablement la destinée de la plupart des personnes vivant aujourd'hui dans des pays développés". Plus encore: leurs handicaps dans la vie de tous les jours devraient être limités.

Quatre études conduites en France montrent que les années gagnées au cours des dernières décennies sont des années de "difficultés modérées" et non "sévères".

Reste le problème du poids économique du vieillissement de la population. En Allemagne, pour 100 personnes agées de 15 à 64 ans, il y avait en 1956 16 personnes de plus de 65 ans. Il devrait y en avoir 60 en 2056.

Nombre de pays envisagent d'augmenter l'âge de la retraite. Et si les personnes âgées travaillent à temps partiel, comme elles semblent le souhaiter, cela pourrait impliquer que les jeunes travaillent moins d'heures par semaine.

Ainsi, "le XXIème siècle pourrait être celui de la redistribution du travail" entre les âges de la vie, notent les auteurs, estimant que "des semaines de travail raccourcies au long de vies où on travaille plus longtemps pourraient contribuer à la hausse de l'espérance de vie".

(Belga)

 

Articles recommandés pour vous