Plus d'un Belge sur deux a déjà redoublé lors de son parcours secondaire

Plus d'un élève sur deux redouble lors de ses études secondaires

© Google images

23 sept. 2013 à 12:57Temps de lecture1 min
Par RTBF

Et une question revient régulièrement sur la table quand on parle d'échec scolaire : faut-il en arriver à interdire définitivement le redoublement ?

Jean-Pierre Coenen, président de la Ligue des Droits de l'Enfant, pense que oui. Selon lui, le redoublement n'a aucun intérêt : " Toutes les études ont démontré qu'il était contre-productif, qu'il amplifiait les inégalités et qu'il décourageait donc les jeunes. Pour nous, l'échec scolaire est une maltraitance. Et on remarque que ce sont essentiellement les publics défavorisés qui en sont victimes ".

Il explique aussi que dans les écoles qui pratiquent des pédagogies de la réussite, l'échec scolaire n'existe quasiment pas. Tant que les écoles pratiqueront un enseignement qui met les élèves en concurrence entre eux en les faisant redoubler, des inégalités continueront à exister : " Et l'école continuera à ne pas offrir d'avenir aux jeunes qui sont concernés par l'échec scolaire ", termine Monsieur Coenen.

 

Cindy Ferrière et Jérémy Giltaire

 

 

Sur le même sujet

Notre enseignement à nouveau pointé du doigt pour son côté inégalitaire