Monde

Pluies torrentielles au Brésil : Jair Bolsonaro auprès des sinistrés

Le président brésilien, Jair Bolsonaro.

© Belgaimage

30 mai 2022 à 17:32Temps de lecture3 min
Par Belga, édité par Maud Wilquin

Le président brésilien Jair Bolsonaro a survolé lundi les zones sinistrées par les pluies torrentielles qui ont fait 91 morts et 26 disparus dans la région de Recife (nord-est), où les recherches se poursuivaient dans des conditions très difficiles.

"Nous n'avons pas pu nous approcher. Nous voulions nous poser, mais les pilotes ont recommandé de ne pas le faire, en raison de l'instabilité du sol", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse en présence de plusieurs ministres, peu avant l'annonce du nouveau bilan des pompiers.

Jair Bolsonaro a publié sur Twitter une vidéo du survol de la région en hélicoptère, avec des zones inondées à perte de vue et une colline où la végétation est barrée d'une énorme bande verticale marron provoquée par une coulée de boue.

Loading...

"Nous sommes tristes, évidemment, notre objectif est de réconforter les familles et de venir en aide à la population avec des moyens matériels", a-t-il poursuivi.

Le ministre du Développement régional, Daniel Ferreira, a annoncé que le gouvernement avait débloqué un milliard de réais (environ 198 millions d'euros) pour venir en aide aux sinistrés.

"La moitié sera destinée à la réponse immédiate, pour financer l'achat de matelas, de produits d'hygiènes et de nourriture, et pour rétablir des services essentiels, comme l'approvisionnement en eau et en électricité", a expliqué le ministre.

L'autre moitié servira selon lui à "reconstruire les infrastructures publiques et les habitations" détruites par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur l'Etat du Pernambouc depuis le milieu de la semaine dernière.

Dans cette région vallonnée avec de nombreux bidonvilles aux habitations précaires à flanc de colline, les orages ont provoqué des glissements de terrain meurtriers.

L'une des zones les plus touchées est Jardim Monteverde, à la frontière entre Recife et la municipalité de Jaboatao dos Guararapes, où plus de 20 corps ont été retrouvés après une coulée de boue qui a tout emporté sur son passage samedi.

Le bilan devrait encore s'alourdir. Des dizaines de pompiers étant encore mobilisés sur place pour rechercher des disparus, tandis que des équipes de nettoyage vêtues de cirés jaunes tentaient de déblayer les ruelles, a constaté un photographe de l'AFP.

En bas d'un talus, une carcasse de voiture complètement détruite émergeait à peine de l'océan de boue.

"Il y a encore des prévisions de pluie pour les prochains jours, la population doit respecter les mesures de prévention et être attentive aux alertes des pompiers", a insisté le ministre Daniel Ferreira.

Le Centre national de surveillance des désastres naturels (Cemaden) a averti d'un risque "très élevé" d'inondations lundi dans la région de Recife.

Entre vendredi soir et samedi matin, le volume des précipitations a atteint 70% de ce qui est normalement attendu pour l'ensemble du mois de mai dans certaines parties du Pernambouc.

Le Brésil avait déjà connu des drames similaires en début d'année, avec de violents orages durant l'été austral, notamment à Petropolis, dans une région montagneuse près de Rio de Janeiro (sud-est), où 233 personnes avaient été tuées en février par des glissements de terrain et des inondations.

"Nous avons eu des problèmes similaires à Petropolis, dans le sud de Bahia (nord-est), dans le Minas Gerais (sud-est). Malheureusement, ces catastrophes sont des choses qui arrivent, dans un pays de dimensions continentales", a déclaré le président Bolsonaro.

En décembre, ce dernier avait été très critiqué pour ne pas avoir écourté ses vacances de fin d'année tandis que des inondations touchaient des milliers de personnes à Bahia.

Selon les météorologues, les fortes précipitations qui ont touché le Pernambouc résultent d'un phénomène typique de cette période de l'année, les "vagues orientales", des zones de "perturbation atmosphérique" qui se déplacent du continent africain vers la région côtière brésilienne.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous