RTBFPasser au contenu

Attentas à Paris

Plan Canal contre le radicalisme: les ministres discutent du financement

Plan Canal contre le radicalisme: les ministres discutent du financement
29 janv. 2016 à 10:42 - mise à jour 29 janv. 2016 à 10:421 min
Par RTBF

Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) présente son plan Canal pour lutter contre le radicalisme et la menace terroriste ce matin au Conseil des ministres restreint (kern).  "C'est un premier exercice de réflexion ici, je vais présenter mon plan et voir comment les partenaires réagissent", a-t-il précisé au micro de la RTBF.

Ce plan comporte deux volets : renfort administratif pour les communes bruxelloises concernées et renfort policier.

Reste encore à régler le problème du financement de ce plan. Les 400 millions promis par Charles Michel pour permettre à la Belgique d'améliorer la lutte contre le terrorisme, une promesse faite dans un discours à la Chambre au lendemain des attentats De Paris, devraient être utilisés.

Une enveloppe de 400 millions à répartir

Mais dans quelle proportion ? Là est toute la question. Le kern procède aux arbitrages pour répartir cette enveloppe, dans un cadre budgétaire serré. Avec en toile de fond, un clivage entre CD&V et N-VA.

Kris Peeters, vice-Premier CD&V, estime que ces 400 millions sont certes incontestables, mais qu'ils doivent servir aussi à de la prévention. Tout ne doit pas aller à du pur sécuritaire. "Le plan Canal n'est pas dans l'agenda. Mais on va discuter comment on va organiser le travail. Et surtout, voir quelles mesures sont importantes à financer avec les 400 millions. On a le contrôle du budget qui est très difficile, donc on va donner de l'argent pour assurer notre sécurité mais on doit trouver un équilibre", a-t-il expliqué au micro de la RTBF.

Didier Reynders, vice-Premier MR, a précisé: "Tout le monde est d'accord sur la priorité. Mais il faut répartir l'enveloppe de 400 millions. Il faut faire rentrer toutes les demandes dans l'enveloppe".

Articles recommandés pour vous