RTBFPasser au contenu

Demandez le programme

Pinchas Zukerman : "Ne pas aimer Brahms, ce serait comme ne pas aimer le filet mignon !"

Pinchas Zukerman : "Ne pas aimer Brahms, ce serait comme ne pas aimer le Filet Mignon !"
21 oct. 2020 à 15:412 min
Par Demandez le programme

Le grand violoniste virtuose Pinchas Zukerman sera, si les conditions sanitaires le permettent encore, en concert à Bozar le 29 octobre avec l’Orchestre Symphonique d’Anvers. En compagnie de son épouse, la violoncelliste Amanda Forsyth, ils interpréteront le concerto pour violon et violoncelle, aussi appelé "double concerto", de Brahms. Pinchas Zukerman est l’invité de Camille De Rijck.

"Ne pas aimer Brahms, ce serait comme ne pas aimer la crêpe Suzette"

Brahms a composé ce double concerto violon violoncelle à la fin de sa carrière et elle fait partie de ses œuvres les plus importantes. Selon les dires de Zukerman, Brahms était écrasé par le fantôme de Beethoven qui avait mis sur ses épaules une pression considérable. Pinchas Zukerman nous raconte d’ailleurs une anecdote au sujet de Brahms : ce dernier en regardant la partition de son premier concerto pour piano, il aurait confié à Clara Schumann tous ses doutes autour de son talent. Et Clara Schumann lui aurait répondu sans ambiguïté : "c’est une œuvre formidable".

Beethoven a été une inspiration pour beaucoup de compositeurs mais a également été une sorte de petit empêcheur de tourner en rond.

"On s’en sortira !"

Pinchas Zukerman nous parle également du travail de chambre, avec sa partenaire Amanda Forsyth, qui est également sa femme. Il nous parle également de la situation sanitaire et politique actuelle, et fait un parallèle avec la période post-deuxième guerre mondiale :

Cela me fait penser à la fin de la deuxième guerre mondiale, des idéaux de suprématisme blanc avaient détruit toutes nos valeurs – pardon de parler de politique comme cela – mais on devrait commencer à appréhender les choses à plus long terme. Je suis né en 1948, tout était catastrophique, il fallait tout recommencer depuis le début… Et les choses ne sont pas si différentes aujourd’hui, on a construit en quelques années des choses extraordinaires à travers l’Europe, il y a des choses formidables qui se sont passées durant les 75 dernières années et puis, en quelques semaines, tout s’est effondré à nouveau, sans même une guerre. Mais c’est une guerre silencieuse. Et on s’en sortira ! On a les moyens de créer de nouveaux éléments qui vont nous aider et il faut qu’on le fasse bien.

Un message d’espoir que nous livre Pinchas Zukerman.

Sur le même sujet

19 oct. 2020 à 14:58
1 min
28 sept. 2020 à 15:00
1 min

Articles recommandés pour vous