Photos avant/après : les conséquences du confinement sur la pollution de l'air en Europe

Loading...
16 avr. 2020 à 14:54 - mise à jour 16 avr. 2020 à 14:54Temps de lecture1 min
Par Am.C. avec Agences

C’est une des conséquences du confinement dans plusieurs pays d’Europe : le niveau de dioxyde d’azote dans l’air, émis par les véhicules, les centrales thermiques ou encore l’activité industrielle, est en chute libre par rapport à la même période en 2019.

On le voit très clairement sur ces images avant/après capturées par le satellite Copernicus Sentinel-5P qui observe la terre pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA).

"On voit que les niveaux [de dioxyde d'azote] ont chuté de 45-50% dans certaines villes, en comparaison avec la même période l’année précédente", écrit l’ESA dans un communiqué publié sur son site internet. Ce gaz peut avoir un impact sévère sur la santé humaine, notamment en augmentant le risque de problèmes respiratoires.

Jusqu’à 54% en moins

Les images avant/après que nous vous proposons en tête de cet article montrent la concentration en dioxyde d’azote pour la période allant du 13 mars au 13 avril 2020, comparé au même laps de temps en 2019.

"Madrid, Milan et Rome ont vu une chute de 45% environ, tandis qu’à Paris la baisse est de 54%, ce qui coïncide avec les strictes mesures de confinements mises en place en Europe", ajoute l’Agence.

Selon l’ESA, les concentrations dans l’air du dioxyde d’azote varient d’un jour à l’autre, en fonction des émissions et des changements de conditions météorologiques.

La pollution de l’air en Italie : comparaison entre 2019 et 2020

Loading...

La pollution de l'air en Belgique et en France entre 2019 et 2020

Loading...

Sujet JT du 16 avril 2020 : les lieux célèbres désormais vides

Les lieux célèbres désormais vides

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Pakistan : les habitants de Lahore en ont assez de la pollution atmosphérique

Coronavirus : le "jour du dépassement de la Terre" recule cette année grâce à la pandémie

Coronavirus