L'info culturelle

Photo brut, dans tous ses états, à la Centrale électrique et au Botanique

Jorge Alberto Hernández Cadi, Sans-titre, vers-2015.

© Jorge Alberto Hernández Cadi, Bruno Decharme

Photo | Brut est une exposition plurielle qui se tient en quatre lieux : La Centrale électrique,  le Botanique, le Musée Art et Marges et la Tiny Gallery. Elle aborde un médium peu exploré de l’art outsider, la photographie.

Art brut

L’Art brut est une appellation créée en 1945 par Jean Dubuffet pour désigner la collection qu’il avait constituée. Elle comprenait des travaux réalisés par des marginaux exempts de culture artistique. Les créateurs sans formation académique connaissaient une situation d’enfermement : fous, prisonniers, reclus, mystiques, médiums. Le terme Art brut employé aujourd’hui désigne les productions de personnes fragilisées par une déficience psychique ou de créateurs marginaux qui échappent à la reconnaissance du milieu de l’art, même si les expressions de la " marge " occupent une place de plus en plus importante sur le marché de l’art.

A l’origine, le label art brut était attaché exclusivement à la collection du créateur de l’Hourloupe. De multiples formulations ont vu le jour pour remplacer le terme forgé par Dubuffet : art différencié, art en marge, art situé, art outsider ou raw art. Les expressions tentent de nommer un mouvement artistique qui, se distinguant de la production artistique conventionnelle, n’échappe nullement au paradoxe de l’exclusion, toute relative aujourd’hui du fait de l’engouement que ces formes d’expression suscitent dans les milieux reconnus de la monstration (terme monstrueux signifiant exposition).

Photo brut

L’histoire de la photo brut se décline en deux chapitres : les images historiques et les créations d’aujourd’hui. Les premières sont exposées à la Centrale électrique ; les deuxièmes présentées au Botanique. Elles sont issues pour la plupart de la collection du cinéaste et producteur français Bruno Decharme. Les Rencontres de la photographie d’Arles avaient montré en 2019 un ensemble de cinq cents images sorties de ce remarquable corpus comptant près de mille documents : photographies, collages et photomontages.  En 2021, le Folk Art Museum de New York mettait également à l’honneur la collection.

Photo | Brut # 1

Carine Fol, la directrice artistique de la Centrale électrique, est l’auteure d’une thèse de doctorat, De l’art des fous à l’art sans marges, parue aux éditions Skira. Elle a opéré un choix judicieux de près de deux cents photographies parmi les œuvres anciennes de la collection de Bruno Decharme. Le corps dans tous ses états s’exhibe en chair et en os ou de manière fantomatique. Les photographes médiums font apparaître des ectoplasmes. Les performers traitent leur corps comme un médium. Le travesti Marcel Bascoulard (1913-1978) s’habille en femme. Tomasz Machcinski (1942-2022) réalise dix-sept mille autoportraits sous les traits de personnalités de l’histoire, de la politique et des arts. Il incarne des personnages des deux sexes. Il se métamorphose en Sa Sainteté le pape ou en Mère Teresa.

A la Centrale électrique, la scénographie a été conçue par Carine Fol comme une plongée dans le psychisme des créateurs. Les murs sont recouverts de grands échafaudages et le parcours dans l’exposition est labyrinthique. L’accrochage a été réalisé par Tania Nasielski.

Marcel Bascoulard
Photo Brut centrale, Tomasz Machcinski, Sans titre, coll Bruno Decharme.
Zorro, 1967, collection Bruno Decharme.

Photo | Brut # 2

Le Botanique présente des œuvres d’aujourd’hui dont les collages du Belge Dirk Martens. Récemment disparu, il envisageait une régulation des naissances à l’Atomium. Les neuf boules du bâtiment correspondaient au nombre de mois de gestation. Les images de ces créateurs ont parfois été réalisées dans des ateliers qui réunissent des personnes fragilisées et des animateurs-artistes comme par exemple à La " S " Grand Atelier à Vielsalm, un centre d’art brut et contemporain reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les réalisations, assure la directrice Anne-Françoise Rouche, ne sont pas des œuvres à quatre mains, mais elles sont exécutées par l’artiste brut, en toute indépendance. Les œuvres en miroir de leurs créateurs font apparaître une image plurielle du corps : le corps de soi maltraité, le corps à deux dans la relation érotisée et le corps fantomatique. Les clichés, les collages, les montages et les recouvrements de peinture qui blessent ou biffent l’image déconstruisent ou reconstruisent un corps fantasmé.

Christine-Remacle,-Sans-titre,-2013.
Anonyme, Sans-titre, Vers 1900.
Don Valentino, Sans-titre,-2008.
Marie-Bodson, Sans-titre, 2019.

Bruno Decharme, le collectionneur, au micro de Pascal Goffaux.

Photo | Brut # 1 à la Centrale électrique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Anne-Françoise Rouche, fondatrice et directrice de La " S " Grand Atelier, au micro de Pascal Goffaux.

Photo | Brut # 2 au Botanique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous