RTBFPasser au contenu

Week-end Première

Philo : les catastrophes nous rendent-elles solidaires ?

Des volontaires à Trooz, après les inondations
13 sept. 2021 à 15:053 min
Par RTBF La Première

L’humain, en temps normal, n’est pas toujours très solidaire ni très collaboratif. En règle générale, dans notre monde, nous sommes imprégnés du modèle compétitif, qui nous pousse à gagner au détriment des autres. Comment réagissent les humains lorsqu’ils sont confrontés à une situation de crise humaine ? Le philosophe Matthieu Peltier s’est posé la question.

L’autre loi de la jungle

Que se passe-t-il en situation extrême, lorsque la normalité vole en éclats, au coeur des catastrophes ? Matthieu Peltier veut nous montrer que ce qui règne, dans ces moments-là, c’est 'la loi de la jungle'.

La loi de la jungle, la loi du plus fort ?
Non, l’autre loi de la jungle, celle de la coopération et de l’entraide !
 

Celle dont parle le scientifique Pablo Servigne, dans son livre 'L’entraide, l’autre loi de la jungle' (Ed. Les liens qui libèrent). Il remet en question l’idée que la nature ne serait que compétition et bagarre pour la survie. Il cite quantité d’exemples dans la nature où les individus collaborent pour la survie.

Selon lui, la nature est certes compétitive, à certains moments, mais elle est également le théâtre de coopération et d’entraide. Les manchots par exemple, se regroupent pour lutter contre le froid extrême. Les arbres, même de différentes espèces, s’échangent entre eux des nutriments.

Ce qui est particulièrement intéressant, c’est qu’il évoque des études qui démontrent que, plus le milieu est hostile et pauvre en ressources, plus les êtres vivants coopèrent. En revanche, dans les milieux plus riches, où la nature est plus abondante, c’est la compétition qui reprend le dessus.

Est-ce valable aussi pour les humains ?

Pablo Servigne étudie comment les êtres humains réagissent collectivement, quand ils sont confrontés à des catastrophes. Il remarque que, contrairement à l’idée qui voudrait que dans l’adversité, c’est chacun pour soi, dans les situations extrêmes, partout dans le monde, et de façon quasi naturelle, ce qui prédomine, c’est l’entraide.

Les témoignages des New-Yorkais présents lors du 11 septembre rapportent tous l’incroyable élan de solidarité qui s’est développé pendant plusieurs jours : des personnes en hébergeant d’autres, des restaurateurs cuisinant pour les secouristes, des personnes s’associant pour aider à retrouver des victimes…

Même phénomène à l’occasion de l’ouragan Katrina, où des villes entières, privées de secours, d’électricité, de moyens de communication et de toute forme d’autorité, se sont auto-organisées dans un calme surprenant.

Chez nous, on a pu assister au même phénomène à l’occasion des terribles inondations de cet été. Certains voisins se sont rencontrés pour la première fois en s’entraidant !

Pablo Servigne observe que, quasi dans toutes ces situations de crise, ce n’est pas la panique qui domine, mais un grand calme, comme si ces situations rétablissaient en nous un certain sens des priorités.

Quand le chacun pour soi n’est plus la règle

Pourtant l’idée que, dans la nature et chez les humains, le 'chacun pour soi' domine reste très profondément ancrée. On nous dit depuis tout petits que la nature est régie par la compétition, alors qu’en fait, Darwin lui-même parlait de la coopération dans le cadre de la survie.

Les économistes également nous ont convaincus que les acteurs d’une société privilégiaient toujours leur propre intérêt.

Or dans la nature, ces exemples de solidarité dans l’adversité ouvrent la voie à un autre récit. Comme le dit Pablo Servigne, "il faudrait changer d’imaginaire, se raconter une autre histoire, différente de celle d’un monde compétitif et sans pitié, afin de mieux vivre les tempêtes à venir. Nous avons deux jambes, celle de l’entraide et celle de la compétition. Le problème est que la première est complètement atrophiée. Il est temps de redevenir compétent en altruisme et en solidarité !"
 

La philo selon Matthieu, une séquence à retrouver ici

La philo selon Matthieu

Les catastrophes nous rendent-elles solidaires ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

25 janv. 2022 à 06:30
2 min
20 déc. 2021 à 09:29
2 min

Articles recommandés pour vous