RTBFPasser au contenu

Week-end Première

[Philo] Faut-il faire la guerre pour avoir la paix ?

[Philo] Faut-il faire la guerre pour avoir la paix ?
21 mars 2022 à 10:043 min
Par RTBF La Première/Matthieu Peltier

Le philosophe Matthieu Peltier nous propose de réfléchir sur cette question : la paix peut-elle passer par la guerre ? Car ce qui paraît simple est souvent un peu plus compliqué qu’il n’y paraît…

C’est une évidence : la paix est plus souhaitable que la guerre, tout le monde est absolument d’accord là-dessus. Du coup, si la paix est une situation préférable à la guerre pour tous, on peut se demander pourquoi l’histoire des humains est remplie de guerres.

Un historien du 19e siècle avait calculé que, dans l’Histoire, les temps de véritable paix ne représentaient pas plus de 9%.

Pourquoi autant de guerres ?

C’est une première bizarrerie, observe Matthieu Peltier. Dans la majorité des cas, la paix est le but affiché par ceux qui déclenchent les guerres. Ainsi, Hitler promettait à l’Europe une paix de mille ans après sa victoire. Dans son discours devant le Reichstag en 1939, il prononce plus de 12 fois le mot 'paix'.

Dans leur ensemble, les guerres se proposent toujours d’être une manière de rétablir un équilibre permettant une paix plus juste que celle qui précède la guerre. Aristote disait ainsi que c’est pour vivre en paix que nous faisons la guerre.

Ceci ressemble évidemment beaucoup à une contradiction – faire la guerre pour avoir la paix -, mais il convient de se demander si cette apparente contradiction ne vient pas du double sens du mot 'paix'.

Quelle paix ?

On peut distinguer deux visions très différentes de la paix :

  • La première consiste à considérer la paix simplement comme l’absence de guerre. C’est la définition négative de la paix : nous sommes en paix quand nous ne sommes pas en guerre. Dans ce cas, être en paix nécessite de ne pas prendre les armes. Et dans cette perspective, la reddition immédiate d’un des deux camps amène directement la paix, puisqu’elle met fin à la guerre.
     
  • On peut aussi penser la paix positivement, comme un contenu en soi. Ainsi pour Johan Galtung, politologue norvégien fondateur de l’irénologie, science de la paix, "la paix positive est un état où figure la coopération, une vie à l’abri de la peur, du besoin, de l’exploitation, la croissance et le développement économique, l’égalité et la justice, le pluralisme et le dynamisme, et où la violence est moindre, mais pas absente."
    Spinoza dira tout simplement que la paix est un ordre, mais un ordre juste.

La guerre juste

C’est ici qu’intervient l’idée de guerre juste, celle qui va permettre d’instaurer ce qui sera un véritable état de paix.

Ainsi, dans cette conception positive de la paix, une dictature comme celle de la Corée du Nord, où les gens ne disposent d’aucune liberté, n’est pas vraiment une situation de paix, explique Matthieu Peltier. Et cela pourrait justifier pour certains un soulèvement armé du peuple nord coréen, pour instaurer cet état de paix.

C’est la même idée que celle défendue en 1918 par Richard Grelling, ce Juif Allemand opposé à la guerre que menait son pays contre le reste de l’Europe. Il disait : "Lorsque tous les autres moyens ont échoué, la libération du monde de la dominance militaire ne peut se faire, dans des cas extrêmes, qu’en combattant."

A la place de si vis pacem, para bellum (si tu veux la paix, prépare la guerre), un autre principe semblable peut devenir nécessaire : si vis pacem, face bellum (si tu veux la paix, fais la guerre).

Dans ce cas, il juge que laisser gagner l’assaillant pour mettre un terme à la guerre ne procurera pas la paix, dès lors que la liberté, la démocratie ou l’égalité auront tout simplement disparu.
 

En conclusion, on peut probablement dire que la guerre n’est pas souhaitable mais qu’elle fait partie intégrante de l’histoire de l’humanité. Sans la force, il est fort probable que n’importe quel peuple se fasse un jour écraser.

Le philosophe Pascal disait que dans l’idéal, il faut mettre ensemble la justice et la force. Et pour cela, faire en sorte que ce qui est juste soit fort, et que ce qui est fort soit juste.

La philo selon Matthieu, écoutez ici

La philo selon Matthieu

Faut-il faire la guerre pour avoir la paix ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

27 juin 2022 à 13:04
3 min
13 juin 2022 à 10:21
3 min

Articles recommandés pour vous