RTBFPasser au contenu
Rechercher

Week-end Première

[Philo] Faut-il détester le développement personnel ?

30 mai 2022 à 09:10Temps de lecture3 min
Par RTBF La Première/Matthieu Peltier

A l’heure où les ventes de livres sur le développement personnel explosent en librairie, le philosophe Matthieu Peltier questionne ce mouvement de fond.

Matthieu Peltier a un peu de mal avec cette tendance qui, sans l’avouer, ramène trop souvent les aléas de la vie à une question de décisions individuelles, de déclic à avoir, de regard à changer.

'Cessez d’être gentil, soyez vrai', 'Foutez-vous la paix', 'Je ré-invente ma vie', etc. tous ces titres de best-sellers ressemblent fort à une invitation à l’individualisme le plus extrême.

Le monde du développement personnel nous répète inlassablement que nous avons tout en main, que les autres et le réel ne sont que des obstacles à surmonter. Les autres, d’ailleurs, qui sont bien souvent présentés dans ces livres comme des pervers narcissiques, des êtres négatifs, des gens qui vous retiennent, alors que vous, vous êtes plein de potentiel, vous êtes HP, vous êtes hypersensible, vous êtes fait pour le bonheur, pour la jouissance, pour le succès, pour la richesse ! Il ne vous manque plus que de comprendre la recette miracle, qui existe, bien sûr, si vous achetez le bouquin !

Se libérer pour s’accomplir pleinement

La nouvelle vie est à portée de main, 'La (nouvelle) vie (qui) commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une', comme le dit l’un de ces livres les plus vendus. Il ne vous reste qu’à oser être vous-même, comme le suggère encore ce titre connu, 'Le courage d’être soi'.

Ou encore celui-ci qui glace Matthieu Peltier : 'Les trahisons nécessaires : s’autoriser à être soi'. Même les limites physiques n’existent pas, 'Le temps est infini', comme le dit un autre ouvrage. Il suffit de découvrir le pouvoir de se lever à 5 h du matin, comme l’invite un autre.

'Découvrir le leader en toi', 'Ta nouvelle vie', 'Tu vas tout déchirer', autant de titres qui poussent l’individu à ne plus s’encombrer des contraintes en général, à toujours plus s’en libérer pour s’accomplir pleinement.

Comment dois-je vivre ?

Toutefois, Matthieu Peltier relève dans ces livres un autre aspect qui lui plaît nettement plus ! C’est qu’ils remettent, comme une priorité dans la vie, le fait de chercher une issue à la condition humaine. Les philosophes de l’Antiquité grecque consacraient la majorité de leurs travaux à s’interroger sur notre capacité à vivre avec le monde, de la façon la plus heureuse possible.

Nous nous sommes peut-être beaucoup perdus, ces derniers siècles, dans la recherche des succès matériels, au point d’en oublier notre croissance intérieure. Et en ce sens, le développement personnel ramène cette question au premier plan : comment dois-je vivre ?

Aujourd’hui, la multiplication des burn out et des crises de sens fait revivre ce questionnement crucial : comment puis-je faire pour être heureux, en harmonie avec moi et avec le monde ?

Tout n’est donc certainement pas à jeter dans cette volonté de requestionner notre manière d’être au monde !

Alors qu’est-ce qui distingue la philo du développement personnel ?

Les philosophes grecs nous montrent bien cette différence.

Alors que la philosophie cherche surtout à aider l’individu à supporter le destin, l’épreuve, la mort, en travaillant sur notre capacité de détachement et d’équilibre, le développement personnel, lui, cherche parfois trop à faire de vous des winners, à changer le destin, même à s’en affranchir.

Là où la philosophie veut faire réfléchir sur le sens de ce qui nous arrive, en nous décentrant, le développement personnel vous propose de vous recentrer sur vous-même pour en faire votre responsabilité.

Là où la philosophie tente de consentir à la finitude, à la mort et à la douleur, le développement personnel cherche à vous en libérer pour jouir encore plus.

Ce n’est donc pas la même chose. Même si bien sûr, les frontières sont bien plus poreuses que cela et qu’il est évident que toute critique est malvenue vis-à-vis des lectures et des idées qui, ici ou ailleurs, font du bien aux gens, souligne Matthieu Peltier.

La philo selon Matthieu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La politesse est "peut-être une science de la vie" d'après un lexicologue et historien

Week-end Première

[Philo] Si les extraterrestres existaient, qu’est-ce que ça changerait pour nous ?

Week-end Première

Articles recommandés pour vous