RTBFPasser au contenu

Le 8/9

Philippe Saive raconte "le pire jour" de sa vie et "le plus beau" de celle de son frère

Philippe Saive pour "Une vie, Philippe Saive — Numéro 2"

Le 8/9

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

07 oct. 2021 à 09:513 min
Par François Saint-Amand

Philippe Saive était l’invité du 8/9 à l’occasion de la sortie de son livre : Une vie, Philippe Saive — Numéro 2. Il s’est notamment confié sur sa relation avec son frère et le moment le plus difficile de sa carrière.

Pendant des années, les exploits au tennis de table des frères Saive nous ont fait rêver !

Même si Philippe est plus discret que Jean-Michel, cela ne l’a pas empêché de disputer les meilleures compétitions mondiales et de participer à pas moins de 3 Jeux Olympiques.

Après une carrière sportive, Philippe brille dans le domaine politique et entrepreneurial. Actuellement directeur du Festival du rire de Liège, il poursuit en même temps sa carrière politique au niveau local.

Alors… connaissez-vous vraiment le parcours atypique de Philippe Saive ?

Un livre écrit suite à une histoire bouleversante

Philippe Saive s’est lancé dans la rédaction de son autobiographie suite à un événement qui l’a profondément affecté : le décès d’un jeune fan.


►►► À lire aussi : Jali, devenu producteur, présente un nouveau morceau entraînant : "On ne sait jamais"


"J’ai offert un maillot dédicacé à un gamin. Peu de temps après, il était atteint d’un cancer. J’ai appris dans les mois qui suivirent qu’il était décédé et qu’il avait voulu être enterré avec mon maillot" raconte-t-il. "J’ai été bouleversé de cet état de fait et ensuite, je me suis demandé comment les sportifs peuvent-ils toucher les autres ? Surtout quelqu’un que je ne connaissais pas. J’ai donc voulu l’écrire".

Loading...

En 1994 : Jean-Mi qui rit, Philippe qui pleure

Il révèle aussi le moment plus compliqué de sa carrière dans Une vie, Philippe Saive – Numéro 2, sa défaite en quart de finale face au Français Patrick Chila en 1994 au Championnat d’Europe de Birmingham.

"C’était la défaite la plus difficile de ma carrière puisque je devais jouer en demi-finale des Championnats d’Europe contre mon propre frère. Cela ne s’est jamais passé dans l’histoire, je perds ce match-là et je le vis très mal" dévoile-t-il.

Cette défaite prend un goût particulièrement amer surtout parce que le destin de son grand frère est tout autre : il gagne le Championnat face à la star suédoise Jan-Ove Waldner.

"L’équivalent des tournois du Grand Chelem en tennis de table, ce sont les Championnats d’Europe, du monde et les Jeux Olympiques. Mon objectif était de gagner un de ces tournois. J’ai eu la chance de pouvoir le faire au bout des doigts. Je mène 2 sets à 0 et 15-10 et les circonstances font que je le vis comme le pire jour de ma vie. Le lendemain, mon frère bat celui qui m’a battu, et puis devient champion d’Europe, c’est le plus beau jour de la sienne et de mes parents" confie-t-il. "Dans l’entourage, comme tout le monde est focalisé sur la victoire de mon frère, évidemment personne ne le remarque".

C’est même au moment de lire cette autobiographie que Jean-Michel Saive et leur mère découvrent quel état l’état d’âme de l’ancien pongiste de 50 ans.

Euro Birmingham 1994 : Finale Saive - Waldner

Un jour, Un exploit

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une comparaison très flatteuse pour son frère

Ne vous méprenez pas, si Philippe Saive a souvent été comparé à son frère, il reste évidemment extrêmement fier et proche de celui-ci.

Il loue d’ailleurs toutes les qualités de l’ancien numéro un mondial de tennis de table qui assurait pourtant de son côté que Philippe était 'plus doué que lui'.

"Mon frère a dit cela pour mettre en avant sa faculté incroyable de travail qui était la sienne et de concentration et de combativité qui était hors catégorie" estime-t-il.

Il y a 100 millions de joueurs sur la planète. J’étais 26e à mon meilleur classement et lui a été numéro 1. Et il continue toujours à me faire croire qu’il n’avait pas de talent pour être numéro 1 et aller 7 fois aux Jeux Olympiques.

"Je pense que pour faire un champion, c’est un ensemble de talents gestuels, de physique, de concentration, de combativité, d’abnégation, de régularité. Pour cela, il était hors catégorie comme Michael Jordan l’était en basket et Nadal et Federer en tennis" ajoute-t-il.

BELGA/Michel Krakowski

Les vies multiples de Philippe Saive

Philippe Saive, qui a mis un terme à sa carrière de pongiste professionnel en 2001 à l’âge de 37 ans, a ensuite multiplié les reconversions entrepreneuriales et politiques.

Il est aujourd’hui échevin PS des sports, de la culture et du tourisme à la commune d’Ans. L’envie de s’engager en politique s’explique par son entente avec Michel Daerden qui l’a lancé dans ce domaine mais pas uniquement. "Les citoyens de manière générale sont un peu en colère contre le monde politique (NDLR : la RTBF s’intéresse d’ailleurs à ce phénomène avec Bye-bye la démocratie ?). Ils peuvent râler et considérer qu’ils ne font pas bien leur travail. Ou vous râlez et retroussez vos manches et vous vous battez, même si c’est pour faire avancer les choses de manière minime. J’ai pris ce parti-là".

Qu'importe la place de numéro 2 ou 1, Philippe Saive aura enchaîné les services pour le public belge, à la fois sur une table de ping-pong et dans l'arène politique.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Articles recommandés pour vous