Diables Rouges

Philippe Albert : "on pourrait dire au revoir à cette Ligue des Nations dans quelques jours et ce serait très dommage"

© © Tous droits réservés

12 juin 2022 à 10:04Temps de lecture4 min
Par Martin Weynants

La Belgique, accrochée au pays de Galles, a connu un nouveau "couac" dans cette 3e édition de la Ligue des Nations. Philippe Albert, notre consultant, tire les enseignements de cette rencontre. Il se dit étonné par le onze de départ, pointe l’importance de De Bruyne et le retour des discours négatifs. Les Diables rouges n’ont pas pu profiter du faux pas des Pays-Bas et ont manqué une belle occasion de se relancer dans un groupe finalement très ouvert. Avant le déplacement en Pologne, l’ancien défenseur n’est pas très optimiste. "Je ne suis pas certain que ça va bien se passer en Pologne. On pourrait dire au revoir à cette Ligue des Nations dans quelques jours et ce serait très dommage".

"4 sur 9, c’est largement insuffisant"

"Ce sont deux points de perdus qui font mal. Mais finalement le score est logique quand on voit la physionomie de la rencontre. Et c’est là qu’on peut se poser certaines questions puisque c’est face à l’équipe la plus faible du groupe. Les Néerlandais ont gaspillé chez eux, c’était une occasion unique de se rapprocher. On a été incapable de le faire parce que le jeu a été assez brouillon. Au niveau de la mentalité ce n’était pas la même chose que face à la Pologne même s’il y avait déjà un mieux par rapport aux Pays-Bas. Quand on a un noyau aussi étoffé avec autant de qualités et que l’on s’en sort avec un 4 sur 9, c’est largement insuffisant."

"Je suppose que quand les Gallois ont vu la compo, ils se sont dit qu’ils avaient un bon coup à jouer"

"Roberto Martinez a dit qu’il préparait la Coupe du Monde mais vous savez très bien qu’en Coupe du Monde vous n’allez jamais débuter avec le trio défensif aligné à Cardiff. J’ai été très étonné qu’il y ait 5 changements par rapport à l’équipe qui avait été en démonstration face à la Pologne. Je pars du principe qu’il faut toujours démarrer une rencontre avec ses meilleurs éléments. Et en fonction du score à la mi-temps ou à l’heure de jeu, faire les changements qu’il juge intéressant par rapport à la Coupe du Monde. Quand je vois la compo d’hier, je n’ai pas l’impression qu’on ait voulu mettre la pression dès le départ en disant "ici, c’est notre onze de base habituel et vous allez souffrir". Je suppose que quand les Gallois ont vu la compo, ils se sont dit qu’ils avaient un bon coup à jouer. Et finalement, ils retirent quelque chose de positif de ce match".

"Le pays de Galles nous a quand même joué pas mal de vilains tours au cours des dernières années. Vous savez où vous mettez les pieds. Donc vous devez vous préparer en fonction de cela. Vous savez qu’il va falloir être présent dans les duels dès l’entame du match. Et après 90 minutes, on peut dire que l’égalisation est méritée. Cela veut tout dire aussi. Mais même l’équipe qui était sur le terrain aurait dû gagner cette rencontre, sans manquer de respect aux Gallois."

Après De Bruyne, Meunier : le retour des messages négatifs

Après la débâcle contre les Oranje, Philippe Albert avait déjà relevé l’impact négatif du discours de Kevin De Bruyne sur le groupe. Il estime que cette fois, c’est Thomas Meunier qui aurait dû faire preuve de plus de retenue avant la rencontre. "J’ai été étonné par son discours. Parfois il vaut mieux rester silencieux et ne pas dire ce qu’on pense par rapport à une compétition. Ce discours a peut-être eu un impact sur la prestation de certains qui se disent "3 points de retard sur les Pays-Bas, il reste 12 points à prendre, ils ont trois matches à domicile, ils ne perdront pas"… Non, il faut y croire jusqu’au bout et jouer tous les matches pour les gagner sinon vous n’avancez pas en football. Des déclarations pareilles de deux cadres en trois matches, je pense que Martinez devrait mettre les choses au point et leur demander de faire passer un message beaucoup plus positif concernant cette League des Nations. Finalement, c’est un trophée et la France et le Portugal sont fiers de l’avoir remporté. Après je suis le premier à dire que jouer 4 matches en 13 jours en juin est d’un ridicule monstrueux. En attendant le programme est fait, ils le savent et ils doivent assumer. Et sur deux des trois matches, ils n’ont pas fait passer un message très positif. Et le public est déçu."

"Je ne suis pas certain que ça va bien se passer en Pologne"

A la fois moteur du jeu offensif et courroie de transmission, Kevin De Bruyne a manqué quand il a quitté la pelouse. Après son remplacement, les Diables ont perdu en contrôle et en maîtrise. "C’est le patron de l’entrejeu, bien aidé par Tielemans et Witsel. Offensivement quand il a un ballon, on sent que le danger peut arriver à n’importe quel moment. Il peut garder le ballon, décrocher quand on souffre. Il peut trouver des ouvertures, l’homme libre aussi quand on est sous pression. Son changement a coïncidé avec un renouveau du côté gallois. Les entrées d’Eden et Thorgan n’ont pas été une réussite. Vous ne remplacez pas un De Bruyne d’un coup de baguette magique."

KDB ne sera, comme Meunier et Carraco, du voyage en Pologne. "Il va falloir aller jouer là-bas. Le stade sera comble, l’ambiance sera hostile. Et puis ils sortent d’un super match aux Pays-Bas. Je ne suis pas certain que ça va bien se passer en Pologne. On pourrait dire au revoir à cette Ligue des Nations dans quelques jours et ce serait très dommage".

Un peu de nervosité chez Martinez ?

Toujours calme, presque placide, Roberto Martinez vient de sortir deux fois de son habituelle réserve en quelques jours. Pour "répondre" aux critiques de Louis van Gaal d’abord, pour tacler le VAR ensuite. "J’aurai préféré qu’il ne réagisse pas aux propos de van Gaal. Il a d’autres chats à fouetter. Concernant l’arbitrage, le premier but gallois a été annulé à juste titre et le deuxième a logiquement été accordé. Je n’ai pas bien compris cette frustration. Au niveau de la fédération, on met peut-être beaucoup plus de pression qu’il y a quelques années. C’est vrai que c’est assez étonnant dans son chef".

Articles recommandés pour vous