Régions Brabant wallon

Phase 1B de la campagne de vaccination : le bourgmestre de Braine-l'Alleud menacé par un groupe antivaccin

L'installation du centre de vaccination bat son plein dans le hall omnisports, mais certains voudraient perturber son ouverture.
12 mars 2021 à 16:19 - mise à jour 12 mars 2021 à 16:19Temps de lecture1 min
Par S.B.

C’est un courrier pour le moins particulier qu’a reçu Vincent Scourneau (MR), le bourgmestre de Braine-l’Alleud. Sur un ton pour le moins agressif, un avocat, représentant d’un groupe antivaccin, le somme de mettre fin immédiatement à la campagne de vaccination sous peine d’être traîné en justice, voire pire.

"Vous serez tenu responsable des morts liés à ce vaccin", peut-on notamment lire dans le courrier, envoyé au préalable de l’ouverture du centre de vaccination de Braine-l’Alleud, prévue le lundi 15 mars. "On tente de m’imputer une responsabilité de crime contre l’humanité", explique Vincent Scourneau. "Une raison, peut-être, que certains tentent d’actionner pour éviter aux personnes de se faire vacciner. Ce qui est évidemment un comportement irrationnel et stupide".

De manière générale, le risque de sabotage est pris au sérieux

Il n’empêche, le courrier n’est peut-être pas inoffensif et, de manière générale, le risque de sabotage du centre est pris au sérieux. Des mesures ont d’ailleurs été prises. "Nous sommes organisés en matière de sécurisation des lieux avec la police", précise Vincent Scourneau. "Les agents ont une priorité d’intervention si un appel devait venir du centre de vaccination. Et donc, par voie de conséquence, nous sommes en alerte. Parce que c’est un sujet qui, pour certains, est d’une sensibilité, je dirais, déraisonnable". Par ailleurs, des gardiens de la paix seront également sur place, tant pour veiller à la sécurité qu’au bon déroulement de la circulation.

À terme, le centre de Braine-l’Alleud devrait permettre 500 vaccinations par jour (même si le 15 mars, on sera plutôt aux alentours de 100). Il devrait donc y avoir 500 doses chaque jour sur place, potentielles cibles des antivaccins.

Sur le même sujet

Covid-19 : A l’instar du ministre Vandenbroucke, les Wallons plaident aussi pour un "reset" de la campagne de vaccination

Belgique

Ne les appelez plus "antivax" mais "hésitants vaccinaux", nourris par les réseaux sociaux

Coronavirus

Articles recommandés pour vous