Chroniques

Pfffff, et si on arrêtait d’embêter les gens avec le climat ?

Les coulisses du pouvoir

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 sept. 2022 à 07:12Temps de lecture3 min
Par Bertrand Henne

Peut-on relever les défis du climat sans embêter les gens ? C’est la question du Week-end (oui on en est là !). Question suscitée par le plan air climat déposé par le ministre wallon en charge du climat, Philippe Henry. Ce plan est une mise à jour d’une actualisation d’un catalogue de mesures à prendre pour que la Wallonie atteigne ses objectifs climat en 2030. Il a été en partie construit par des panels citoyens.

Objectif 2030

Pour rappel, l’objectif européen en 2030 c’est un tiers de renouvelables en plus, un tiers d’énergie consommée en moins, diminuer de moitié les gaz à effet de serre.

Dans le plan Air-climat déposé par le ministre Ecolo on trouve par exemple : doubler la production d’énergie renouvelable, interdire en 2024 l’installation de chaudière au Mazout dans les nouvelles constructions, limiter le nombre de vols autorisés dans les aéroports wallons, exiger une amélioration du PEB (le certificat énergétique) lors de la revente d’un bien immobilier, limiter la vitesse sur autoroute à 100 km/h.

Réaction des partenaires de majorité : c’est embêtant.

Arrête de m’embêter…

C’est embêtant dit Paul Magnette sur RTL : “Je ne crois pas que ce soit en punissant, en taxant les gens, en interdisant ceci et cela qu’on va convaincre qu’il faut se lancer dans la transition écologique." Oui c’est bien Paul Magnette qui parle… Ni punir, ni taxer, ni interdire, mais quoi alors ? Avant d’embêter les gens, allons embêter les milliardaires, allons embêter les multinationales.”

Du côté de l’autre partenaire de majorité, le MR la musique était la même chez Georges Louis Bouchez : “Il faut que les écologistes comprennent que ce n’est pas en ennuyant les classes moyennes, que ce n’est pas en ennuyant la population qu’on sauvera le climat”. A la différence de Paul Magnette, lui ne reporte pas la charge sur les milliardaires.

Populisme climatique

Les présidents du MR et du PS sont pris en flagrant délit de populisme climatique. Quoiqu’on pense du plan du très discret ministre Philippe Henry, faire croire qu’on va sortir de notre dépendance aux énergies fossiles sans prendre de mesures embêtantes, ou ennuyantes est tout simplement faux ou illusoire.

Dépenser de l’argent pour changer une chaudière, plutôt que de réaliser un projet qui nous tient à cœur, c’est ennuyant. Regarder par sa fenêtre et avoir une éolienne qui balafre l’horizon, c’est ennuyant. Ne plus pouvoir continuer à conduire une vieille voiture à laquelle on tient… C’est ennuyant.

Bien sûr, Paul Magnette désigne ceux qu’il faudrait embêter : les milliardaires et les multinationales. Mais même sortir du capitalisme d’ici 2030 n’évitera pas des mesures "embêtantes". Dans les scénarios crédibles étudiés par les spécialistes en décarbonation de l’économie, y compris ceux qui misent sur le nucléaire et la technologie, des changements dans les modes de vie sont inévitables. Il va falloir repenser les transports et les logements. Pour beaucoup de gens il y aura des adaptations “embêtantes”, même si les milliardaires crachent tous leurs sous et même si on collectivise les moyens de production.

Illusions

Décarboner l’économie, c’est aussi décarboner des modes de vie façonnés par les énergies fossiles depuis un siècle. Il y a deux éléments qui font largement consensus aujourd’hui : premièrement, la dépendance au fossile à un coût infiniment plus embêtant que la sortie (une planète invivable). Deuxièmement : le débat politique doit porter sur la répartition la plus juste des efforts "embêtants" pour sortir du fossile, sur les moyens à affecter, sur les solutions les moins embêtantes et les plus efficaces.

Il y a sans doute plusieurs mesures "embêtantes" qui sont inefficaces et injustes dans le plan du ministre Henry. Cette limitation de la vitesse sur autoroute est peut-être contre-productive. La controverse politique est donc bien légitime. Mais faire croire qu’on pourra arriver à relever le défi le plus important de la civilisation humaine sans "ennuyer la population", sans "embêter les gens" ou à la limite juste quelques milliardaires est au mieux une illusion, au pire un mensonge.

Sur le même sujet

Lancement des "tables rondes pour le climat"

Environnement

Les ministres Climat, Energie et Environnement se mettent d’accord sur la répartition des revenus liés aux quotas d’émission de gaz à effet de serre

Belgique

Articles recommandés pour vous