RTBFPasser au contenu

La vie du bon côté

Peut-on dompter le trouble de la bipolarité ?

Peut-on dompter le trouble de la bipolarité ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 oct. 2021 à 02:004 min
Par Catherine Pizzol

Autrefois appelée psychose maniaco-dépressive, la bipolarité fait peur car elle est méconnue, voire inconnue du grand public. Vincent de Wouters, atteint du trouble de la bipolarité, est l’invité de ce podcast.

Le trouble de la bipolarité touche 2% de la population et est caractérisé par une succession d’épisodes maniaques (ou hypomaniaques) et dépressifs. Pris souvent pour des fous, certains bipolaires vivent très mal leur maladie, alors que d’autres parviennent à dompter la maladie et trouvent un équilibre relatif. Cela demande une grande discipline au quotidien.

 

La bipolarité est une réelle maladie qui peut, tout au plus, être stabilisée. Selon Vincent de Wouters, en aucun cas, on ne parle de guérison, on ne dompte pas cette maladie.

 

C'est quoi le trouble bipolaire ?

Autrefois appelé psychose maniaco-dépressive, le trouble bipolaire fait partie des troubles de l'humeur auxquels appartient également la dépression récurrente ( ou un trouble unipolaire). C'est une maladie qui, dans sa forme la plus typique, comporte deux phases :

  • la phase maniaque : épisode d'excitation pathologique. Le sujet qui en souffre est hyperactif et euphorique, inhabituellement volubile et fait de multiples projets.
  • la phase dépressive : est en quelque sorte le miroir de la phase maniaque. le sujet présente des signes de grandes tristesse, il est ralenti et n'a goût à rien, parfois il veut mourir.

Entre les deux pôles, la personne qui souffre de maladie bipolaire retrouve un état normal que l'on appelle "euthymie" ou "normothymie".

Il existe plusieurs classifications des troubles bipolaires ( type I, type II et type III) et le danger principal de cette maladie est le suicide.

Toute une série d’éléments externes jouent un rôle prépondérant dans le déclenchement et l’évolution de la maladie et on observe toute une série de facteurs et de réactions communs.

 

Des épisodes maniaques qui font dépasser certaines limites

" Quand je suis très haut, j’ai un sentiment de toute-puissance, d’invincibilité, ma confiance en moi est décuplée, je pense dans ces moments que je suis d’office guéri, une force intérieure m’habite ".

Avant d’être diagnostiqué, il s’écoule souvent plusieurs années

Selon notre invité, il n'est pas évident pour le patient de prendre conscience qu'un déséquilibre psychique se produit subitement en lui ou est en train de se produire. Quelque chose s'installe chez lui, il n'est plus comme avant, des éléments déstabilisants viennent perturber ses comportements.

5 à 10 ans s’écoulent entre le moment où les premiers symptômes apparaissent et la mise en place d’un traitement, et cela même alors que la personne a déjà rencontré plusieurs médecins différents, dont des spécialistes de la santé mentale. Cette affection, classée dans les troubles de l’humeur, est déjà décrite dans l’Antiquité.

Processus de rétablissement

On parle de processus de rétablissement car le patient n'est jamais complètement rétabli. Dans chaque étape, nous observons des éléments clés qui nous font grandir et ouvrent les possibilités de se réinsérer dans la société, de donner un nouveau sens à leur vie, un nouveau souffle. Il y a autant de processus de rétablissement qu'il y a de patients.

Les cinq étapes du processus de rétablissement, bien que communes aux patients, présentent une évolution qui ne se fait pas au même rythme.

  1. Le moratoire ou phase de latence, est caractérisé par le déni de l'identité de la maladie, la confusion, le désespoir, la perte d'identité, un sentiment d'impuissance et un retrait auto-protecteur. Cette étape représente le moment de la survenue de la maladie, vécue comme une descente aux enfers.
  2. La prise de conscience ou sensibilisation, désigne la première lueur d'espoir qu'une vie meilleure est envisageable et que le rétablissement est possible.
  3. La préparation qualifie l'étape au cours de laquelle la personne décide de commencer à travailler sur le rétablissement. Faire le bilan du soi intact, de ses valeurs, ses forces et faiblesses.
  4. La reconstruction désigne la phase durant laquelle le travail acharné de rétablissement a lieu. Cela implique d'établir et de travailler à la réalisation d'objectifs personnels raisonnables et valorisés. Prendre la responsabilité de la gestion de la maladie et de prendre le contrôle de sa propre vie.
  5. La croissance peut être considérée comme le résultat du processus de rétablissement. La personne n'est pas forcément libre de tout symptôme, mais sait comment gérer la maladie et rester en bonne santé.

 

Depuis 2015, le 30 mars est la journée mondiale des troubles bipolaires.

 

Association Le Funambule

Vincent de Wouter est membre de l’asbl Le Funambule. Association qui offre aux personnes vivant avec un trouble bipolaire et leurs proches un lieu d’écoute, d’échange et d’information, par l’organisation et la coordination de groupes d’entraide entre autres mais pas exclusivement.

Site Le funambule : https://www.bipolarite.org/

 

 

"Avant de penser à publier ce livre, l’écriture était pour moi un outil thérapeutique qui m’a permis d’accepter les épreuves de la vie, une manière de déposer ma souffrance, comme on le fait aux groupes de parole, pour partager avec les autres et avec moi-même".

Un livre éducatif et informatif, en plus d’être un récit de vie

La Bipolarité

L'auteur raconte comment il vit au rythme des dépressions et des phases maniaques depuis de nombreuses années. Il passe ainsi des périodes de crises des plus folles allant jusqu'à se prendre pour Dieu : moments de pur bonheur suivis brusquement, sans raison aucune, d'une descente aux enfers. Toutefois, une lueur d'espoir pointe à l'horizon... Un parcours personnel qui démontre qu’il est possible de s’affranchir des jugements blessants qui stigmatisent ceux qui sont confrontés au trouble bipolaire. Il souhaite que son livre permette à bien des lecteurs de regagner confiance et espoir.

Vincent de Wouters

Vincent de Wouters vit avec le trouble de la bipolarité et a rejoint le milieu associatif en 2010. Il s’investit aujourd'hui dans l'animation de groupes de parole et dans la pair-aidance.

Envie d’en savoir plus ? Ecoutez notre podcast sur AUVIO

Sylvie Honoré

Tous les jours, prenez la vie du bon côté

Du 100% digital… La Vie du bon côté, c’est tous les jours où vous voulez et quand vous le voulez en PODCAST sur Vivacite.be, sur auvio, sur spotify, sur votre smartphone ou votre iPhone via l'application podcast. Sylvie Honoré vous invite à ce rendez-vous Bien-Etre et Santé en toute convivialité, en compagnie d’hommes et de femmes au parcours inspirant, qu’ils soient thérapeutes, spécialistes du bien-être ou simplement acteurs de leur vie. 

Loading...

Sur le même sujet

17 sept. 2021 à 02:00
3 min
10 sept. 2021 à 02:00
3 min

Articles recommandés pour vous