Matin Première

Peut-on blâmer les impatients du vaccin ?

© © Tous droits réservés

Peut-on blâmer les impatients ? Les impatients, impatients de ne pas devenir des patients. Ces quelques Flamands, ces quelques Wallons qui ont débusqué un moyen de se faire vacciner plus rapidement à Bruxelles que dans leur région respective. Doit-on leur reprocher leur empressement ?

 

Peu importe le vacciné, pourvu qu’on soit tous immunisé ?

Ce n'est pas une question simple et on peut l’aborder sous bien des angles. Le malheur, c’est que tous n’aboutissent pas, à tous les coups, à la même réponse.

Si l’on prend notre objectif commun du moment. Ce qui fait de nous cette équipe de 11 millions, à savoir, obtenir l’immunité collective. Que quelques milliers de citoyens aillent un peu plus vite que les autres vers le but ultime n’y change en fait pas grand-chose. Face à l’objectif de vaccination général, les doses n’ont pas été gaspillées. Elles ont abouti là où il le fallait. Dans les épaules des citoyens. Pas les bons, certes. Qu’importe – le but finalement c’est d’avoir un bon 80% d’immunisé.

 

Mais qui va payer ?

Il existe cependant d’autres grilles de lectures, l’une d’entre elles, évoquée début de semaine par l’inspection flamande des finances : c’est le coût de la vaccination. Sur ce plan-là c’est un peu différent. Si nos impatients avaient été des économes, ils auraient mieux fait alors d’aller se faire piquer plus au nord. Là, en Flandre, c’est paraît-il moins cher qu’à Bruxelles.

Au passage, quand tout ce vilain épisode sera derrière nous, le gouvernement bruxellois pourra toujours – si le cœur lui en dit – présenté la facture aux deux autres régions. Mais avec quelle calculette ? A quel prix la région bruxelloise pourra-t-elle facturer ces transferts intercommunautaires de vaccin ? Au prix bruxellois, au prix flamand ou au prix wallon ?

 

Le dilemme entre l’évasion et la tirette

Nous habitons en Belgique, un pays où l’évasion n’est pas condamnable. Mais où le législateur a cru bon d’imposer le mécanisme de la tirette sur les autoroutes.

Chez nous, vouloir être libre, avoir des envies d’évasion, cela semble normal au regard de la loi. Après 3 confinements la règle paraît désormais très logique, mais l’autre règle, la tirette. Elle induit que nos élus, une fois au Parlement, ont estimé qu’il était bon d’imposer un ordre, un système disons, pour organiser la manière de faire la file sur les routes. Le principe du chacun son tour.

Et nous voilà mal pris, on sent qu’il y a là quelque chose qui coince, un truc de " pas juste. " Mais dans le même temps, un truc qu’on ne peut pas vraiment reprocher.

 

Quand optimisation rime avec vaccination

Parce que et ça, c’est véritablement un sport national, la Belgique permet à celui qui trouve une faille de s’y engouffrer. En droit fiscal, c’est ce qu’on appelle l’optimisation.

Nos impatients ont en quelque sorte tenté l’optimisation sanitaire. En cherchant le moyen de se faire piquer au plus vite. Sauf qu’ils ont menti sur leur code postal.

Mais coïncidence de l’actualité, prenez ce type en chine qui avait dégotté un moyen de se faire livrer du poulet gratuitement. Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler les ficelles de son entourloupe. Au bout de l’histoire, le gaillard se retrouve en prison. Peut-on lui reprocher d’avoir exploité une faille du système de commande ? La Chine juge que oui. Elle a infligé au bonhomme deux ans de prison ferme. Lui était un voleur de poule,

Nos impatients eux n’ont fait que passer devant les autres, oui, mais ils se sont déclarés bruxellois alors qu’ils ne l’étaient pas. Le point commun aux deux situations, c’est donc bien le mensonge. On dira les impatients de mauvaise foi. Pas de prison pour nos empressés, nous ne sommes pas en Chine. Ils ont eu l’assurance qu’ils recevront bien leur deuxième dose. A Bruxelles. Ils n’auront qu’à faire le trajet. Faut pas pousser.

Peut-être qu’un jour les autorités leur présenteront aussi une amende, mais, en vrai, il y a gros à parier que personne n’ira chercher des noises aux impatients. L’actualité est ailleurs.

Il faut en priorité que l’équipe nationale passe devant, histoire d’être vacciné à temps pour l’Euro.

Articles recommandés pour vous