RTBFPasser au contenu

Regions

Péruwelz : des devoirs livrés à domicile

Madame Magali apporte les devoirs de Paolo à son domicile
26 janv. 2022 à 07:582 min
Par Arnaud Montero

"Une semaine de quarantaine, c’est déjà long. Mais deux semaines, c’est trop". C’est ce que s’est dit madame Magali. Elle est institutrice à l’école primaire Saint-Charles à Péruwelz. Sa classe de 6e primaire est fermée cette semaine car il y a plus de 4 cas de Covid. Mais certains de ses élèves étaient déjà en quarantaine avant que la classe ne ferme. Pour leur permettre de suivre, madame Magali a décidé de prendre sa voiture.

Livraison de devoirs

Il y a exactement 10 minutes de route entre l’école Saint-Charles à Péruwelz et le domicile d’un de ses élèves, Paolo. Il habite Harchies dans la commune de Bernissart. Une distance qui n’effraie pas du tout Madame Magali. Elle a soigneusement placé les devoirs de Paolo sur la banquette avant de sa voiture jaune : "Ma classe est fermée cette semaine à cause du Covid. Je veux absolument que les élèves qui n’étaient pas présents la semaine dernière, récupèrent les interros et les devoirs que j’ai corrigés. Ils pourront mieux préparer les prochaines échéances."

Fini les vacances

Masque bien vissé sur le visage, Paolo ouvre la porte à son institutrice. Il rêvait d’une quarantaine tranquille sur le plan intellectuel. "C’est vrai que je ne suis pas très motivé pour travailler. Mais cette année, il y a normalement le CEB en fin d’année. Je ne peux pas prendre du retard." Sa maman, Séverine est présente aussi pour accueillir l’institutrice : "Je ne dirais pas que c’est un luxe. Mais c’est vrai que la visite de l’institutrice est plus que la bienvenue. Ce n’est pas toujours facile d’inciter Paolo à travailler. Les passages réguliers de madame Magali l’obligent au moins à s’y mettre."

Institutrices dévouées

Rien n’oblige Magali à prendre sa voiture. Des outils numériques existent pour que les élèves en quarantaine et leurs enseignants gardent le contact. Mais madame Magali ne s’en contente pas : "Je prends mon travail à cœur. Ce n’est pas du tout une charge pour moi. Je me dis que c’est mon devoir de le faire." Ses collègues aussi apportent les devoirs aux élèves à domicile. Ce qui ravit la directrice de l’école Saint-Charles à Péruwelz, madame Mousset : "C’est leur initiative. Je les remercie d’être aussi disponibles et à l’écoute des enfants et de leurs parents."

La directrice qui a déjà dû fermer 3 classes en à peine 2 jours.


 

 

Des devoirs livrés comme des croissants chauds

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous