RTBFPasser au contenu

Belgique

Personne n'est d'accord sur les économies que la Région wallonne doit faire

Personne n'est d'accord sur les économies que la Région wallonne doit faire
21 avr. 2015 à 06:45 - mise à jour 21 avr. 2015 à 06:581 min
Par Céline Biourge

Le Président du Service Public Fédéral Finances n’a pas convaincu. Son exposé a même renforcé l’idée des députés wallons : le changement, sans concertation, du mode de calcul cache, disent-ils, une intention politique. Christophe Collignon, PS : "Qui a décidé de changer cette méthodologie. En tout cas, ce n’est pas de la volonté des huit partis qui ont cosigné la loi spéciale de financement."

Dimitri Fourny, cdH : "C’est un élément éminemment politique. Vous l’avez dit vous-même : ces informations nous les communiquerons quand nous aurons une injonction politique du gouvernement fédéral."

Stéphane Hazée, Ecolo : "Si le gouvernement fédéral reste dans une position où le nouveau calcul unilatéral du SP Finances est la seule vérité révélée, alors il prendra une lourde responsabilité de maintenir le doute."

Seuls les députés libéraux ne voient aucun artifice. On a juste perfectionné un système qui, hasard des chiffres, pèse sur le budget des Régions. Et il vaudrait mieux aller de l’avant que de ruminer sur sa rancœur, estime Jean-Luc Crucke : "C’est du temps qu’on ne prend pas à faire l’ajustement sur base d’une trajectoire qui doit être respectée. Je n’ai à aucun moment eu même l’impression que le gouvernement wallon est disposé à avancer dans les chiffres qu’il nous remettra."

Sur ce chapitre-là, le ministre est pourtant clair : il reste fixé sur un effort de 140 millions, pas un euro de plus. Tant que le fédéral refuse de donner le détail de l’addition, Christophe Lacroix exclut de payer la note.

Rappelons que l'ajustement budgétaire, les économies que fera le gouvernement wallon, est fixé à ce jour à 140 millions d'euros et non 250 comme le fédéral souhaitait l'imposer.
 

 

Carl Defoy

Articles recommandés pour vous