RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Pénurie de pédiatres : "On a trop vite tendance, quand on a des enfants, à automatiquement aller chez le pédiatre"

Pour le président du groupement belge des omnipraticiens, on faut mieux répartir les tâches et le travail entre les pédiatres et les médecins généralistes.
02 juil. 2022 à 12:58 - mise à jour 02 juil. 2022 à 13:42Temps de lecture1 min
Par Cédric Loriaux, Marc Sirlereau

Quinze mille euros ! C’est la somme que l’hôpital AZ West à Furnes, en Flandre Occidentale, est prêt à offrir à quiconque pourra lui donner un bon tuyau pour pouvoir engager d’urgence un(e) pédiatre. 

La pénurie de pédiatres n’est pas neuve dans notre pays. Le directeur de l’hôpital de Furnes, Lieven Vermeulen, pointe notamment le fait que la pédiatrie n’est pas la branche la mieux rémunérée en médecine et que beaucoup de candidats préfèrent s’orienter vers d’autres spécialisations.

Pour Paul De Munck, le président du groupement belge des omnipraticiens, il faut aussi se demander pourquoi, au niveau hospitalier, l’attractivité n’est pas suffisamment bonne pour pouvoir recruter des pédiatres. Il met également en avant un autre problème : "Il faut aussi savoir pourquoi on va voir le pédiatre, et ça, c’est un peu dans notre culture de recours aux soins en Belgique. On a trop vite tendance, quand on a des enfants, à automatiquement aller chez le pédiatre. Non. Quand on a des enfants, il faut aussi les faire suivre par un médecin généraliste. Et si le généraliste détecte un problème plus complexe ou une maladie plus particulière liée aux enfants, alors on se tourne vers le pédiatre. Il faut donc réfléchir à cette répartition des tâches et du travail entre généralistes et pédiatres. Je pense que ce serait une bonne chose que la médecine générale et la pédiatrie se mettent autour de la table pour voir comment on peut améliorer la situation." 

Pour l’hôpital AZ West, cette pénurie pourrait menacer la pérennité de sa maternité et de son service pédiatrie.

Articles recommandés pour vous